Spread the love

Agoli AgboDada Dédjalagni Agoli-Agbo roi d’Abomey  n’est plus. Il a rejoint ses ancêtres tôt le matin du lundi 2 juillet 2018 à Cotonou.Selon certaines sources proches du palais royal, son état de santé s’est dégradé.Il aurait même été hospitalisé pendant quelques jours au Centre national hospitalier universitaire (Cnhu) Hubert Koutoukou Maga avant de rejoindre l’au-delà. Au quartier Gbindo à Abomey, lieu où se situe le palais royal, on constate un calme inhabituel qui vient confirmer la nouvelle.La tristesse se lisait sur le visage de quelques habitants rencontrés à la devanture du palais royal. De petits attroupements se forment devant le palais. A l’entrée du palais, deux gardiens du temple filtrent les va-et-vient. Seuls les membres de la cour royale sont autorisés à faire leur entrée dans le palais du souverain défunt. Intronisé unique roi d’Abomey le 8 mars 2010, sa majesté Dada Dédjalagni Agoli-Agbo  a été, à l’avis de ses sujets, un roi de consensus, conciliateur et à l’écoute de tous. Ce sont ces qualités qui lui ont permis de diriger le royaume d’Abomey sans grand remue-ménage.

Gaétan Nato

(Br Zou-Collines)   

Une succession tumultueuse en perspective

Le trône royal du royaume de  Danxomè est désormais  vacant suite à la mort de sa Majesté Dédjalagni Agoli-Agbo. Pour pourvoir cette vacance de trône, Abomey connaîtra certainement des agitations quand on sait que le regretté Dédjalagni Agoli-Agbo a été intronisé dans un contexte tumultueux. En effet, c’est  le 8 mars 2010 que la cité historique d’Abomey a connu l’intronisation de Dada Dédjalagni Agoli-Agbo comme roi unique du Danxomè. Alors que l’opinion publique croyait voir l’épilogue d’un bicéphalisme royal de près de 15 ans avec  le roi HouédogniGbêhanzin, de vénéré mémoire,  des voix se sont levées  pour dénier toute légitimité à cette intronisation. Mais le maire d’Abomey d’alors,  Blaise Ahanhanzo Glèlè,  a tenu à le maintenir au palais public. Après 8ans de règne, il a passé l’arme à gauche. La mort de Dédjalagni Agoli-Agbo va à coup sûr  aiguiser l’appétit vorace des prétendants au trône de Danxomè qui guettaient des occasions pareilles pour ressurgir. Pour l’heure, il serait difficile de doigter un candidat précis à ce poste prestigieux de Danxomè. Mais ce qu’on peut retenir, c’est que les descendants du roi Glèlè et les électeurs éligibles du futur roi de Danxomè doivent  faire preuve de sagesse afin d’éviter ce spectacle désolant et déshonorant qu’avait vécu Abomey par le passé.

Pascal Toffodji

(Br Zou-Collines)