Spread the love
Yayi Boni et ses partisans font diversion devant l'opposition
Me Adrien Houngbédji et Yayi Boni ont fait le tour d’horizon de l’actualité

Attendu depuis son installation au palais de La Marina, c’est fait hier mercredi 10 juin 2015. Le président de l’Assemblée nationale a rendu une visite de courtoisie au chef de l’Etat Yayi Boni. Au cours du tête-à-tête qui a duré environ une heure d’horloge, les deux personnalités ont fait le tour d’horizon de l’actualité notamment l’ambiance politique qui règne dans le pays en ce moment. Selon Adrien Houngbédji à sa sortie d’audience, c’est la première rencontre qu’il a avec le chef de l’Etat depuis son élection. « Le président nous a adressé une lettre de félicitation et il est de bon ton que nous lui rendions une visite de courtoisie pour le remercier. Nous avons profité pour faire le tour d’horizon d’un certain nombre de problèmes préoccupants. Nous avons fait remarquer que depuis l’élection des membres du bureau de l’Assemblée nationale, l’ambiance est à l’apaisement et au calme », a-t-il confié. A l’en croire, cette atmosphère qui prévaut est à mettre à l’actif de la démocratie béninoise qui par le fonctionnement régulier de ses institutions a pu faire revenir dans le pays un climat de paix. Les problèmes liés au fonctionnement de l’Assemblée nationale étaient aussi au cœur des discussions. A ce niveau, Yayi Boni et son hôte ont discuté du déroulement de la cérémonie d’investiture du bureau prévue pour lundi prochain. « Nous attendons plusieurs présidents d’Assemblée de la sous-région. Dans un tel contexte, il est de bon ton qu’on échange là-dessus avec le président de la République et de solliciter la contribution du gouvernement pour la bonne réussite de la cérémonie», a confié Me Adrien Houngbédji. Pour finir, le fonctionnement du Parlement en temps que Législatif contrôlant l’action du gouvernement a été discuté. Le président de l’Assemblée nationale a exposé à son vis-à-vis le travail abattu et qui a permis de mettre sur pied depuis mardi dernier les groupes parlementaires.

 Serge Adanlao