Spread the love

GREVEL’union nationale des magistrats du Bénin Unamab a déclenché ce mardi 22 novembre 2016 une grève de 72 heures. Un tour au tribunal de première instance de Cotonou ce matin nous a permis de constater que le mouvement de débrayage  est bel et bien suivi.

Salles d’audiences et bureau de magistrats fermés, parking presque vide. C’est la conséquence de la grève déclenchée par l’Unamab depuis ce mardi matin. Les justiciables attendent d’être écoutés dans les couloirs des juges d’instruction. Certains citoyens qui n’étaient informés de la situation ont du se rendre à l’évidence en gardant leur mal en patience. Pour ce qui est des documents à légaliser, les usagers du tribunal de Cotonou sont quand même servis même si certains pensent que le service n’est aussi rapide comme d’habitude. D’un autre coté, cette grève a occasionné la non délivrance des casiers judiciaires et certificats de nationalités. Une situation que déplorent d’ailleurs les usagers qui pensent que gouvernement et grévistes devra accorder leurs violons. Par ce mouvement de débrayage, les magistrats réclament, entre autres, le paiement de leurs arriérés et ristournes mais aussi leur dotation en carburant à eux accordé sous le régime précédent. C’est une grève qui se justifie, a laissé entendre maître Abou Séidou, greffier en chef au tribunal de Cotonou.

Marcus Koudjènoumè