Spread the love

N’Dani GaniArtiste compositrice à la voix suave, N’Dani Gani berce les mélomanes par des rythmes du septentrion du Bénin. Originaire de Dassari dans la commune de Matéri, elle fait de la musique tradi moderne. Née pendant la période de la Gaani, elle possède tous les atouts pour s’imposer dans l’univers musical national et international. Dans une interview, elle parle de son nouvel album.

Le Matinal : Vous lancez bientôt un nouvel album. De quoi s’agit-il ?

 N’Dani Gani : Oui, je lance bientôt mon deuxième album. Il est composé de dix titres à savoir « Tonkouro tonkouro » qui déconseille aux femmes d’avoir une relation motivée par le matériel. L’album aborde également des titres qui mettent en relief l’amour, la femme africaine etc.

 L’album sera officiellement disponible quand ?

Normalement, j’ai prévu le lancement du nouvel album le 30 janvier 2019. Mais cela ne pourra plus se tenir. Cependant, il est prévu à la même date une conférence de presse en prélude au lancement de l’album. Au cours de cette rencontre avec les hommes des médias, je préciserai la date exacte de la sortie de l’opus. Toutefois, il faut d’ores et déjà retenir que ce sera à l’occasion d’un géant concert live qui sera organisé à Cotonou et à Parakou.

 Vous avez déjà combien d’albums à votre actif ?

J’ai actuellement un album. Il est initialement composé de huit titres. Mais en 2016, dans le cadre de la célébration de mon anniversaire, j’y ai ajouté un autre titre. Il est donc composé de neuf titres présentement.

 Sur cet album, il y a des titres comme « Biiwa yannou », « Daama », « Amanan wooda », « Dounian i yan o ». Que signifient-ils ?

Rire….. « Biiwa yannou » veut dire « enfant important » en Bariba. « Daama » signifie « bon comportement de la jeunesse ». « Amanan wooda » est traduit littéralement par « mauvais comportement des peulhs » et « Dounian i yan o » veut dire « le monde n’est pas compliqué, mais c’est l’être humain qui l’est ».

 « Dounian i yan o », pourquoi ce titre ?

Comme je le dis dans la chanson, le monde n’est pas compliqué, mais ce sont les hommes, qui sont compliqués. Par exemple, tu vois ton prochain manger un plat et tu l’envies en disant que tu veux manger le même plat que lui. L’autre fait un enfant métis et toi aussi tu as envie de faire comme lui…. En général c’est envier son prochain. A travers ce morceau, je déconseille d’être démesurément ambitieux

 Qu’en est-il de « Apprends-moi à pêcher » ?

Comme le titre le dit, je demande aux aînés d’apprendre à la jeunesse à pêcher, c’est-à-dire à voler de leurs propres ailes au lieu de les assister chaque fois. En sommes, il faut que nous puissions trouver du travail à celui qui le demande que de lui donner de l’argent chaque fois qu’il nous sollicite.

 En dehors de la musique que faites-vous d’autre ?

Outre la musique, j’ai fait une formation en couture, en informatique et en hôtellerie et restauration. Dans les tout prochains mois, j’ouvrirai un maquis à Cotonou.

 Etes-vous mariés ?

Non, je ne suis pas mariée, mais je suis un cœur pris. Je me marierai très bientôt.

 Quels sont vos plats préférés ?

J’aime la pâte noire, le « waché », le « wassa-wassa », les bouillies originaires du nord Bénin. Je dois aimer l’igname pilée, mais cela me constipe.

 Votre mot de fin ?

Je salue et je remercie toute la presse béninoise pour tout ce qu’elle fait aux  artistes et pour la promotion de la culture au Bénin. Que Dieu nous protège.

Propos recueillis par M Y A

(Stag)