Spread the love

Galvanisé par un titre de porte-parole des Fcbe que peu de personnes convoitaient lors du dernier congrès extraordinaire de l’alliance, Nouhoum Bida multiplie ses piteuses sorties médiatiques. Face à quelques désœuvrés qui se font passer pour des ressortissants de la Donga à Cotonou, il s’est encore mis en évidence… Les paroles débitées ont été ensuite abondamment relayées par leur télévision nationale dont les responsables trouvent toujours du plaisir à servir Yayi. Dans ce flot de paroles superflues masquant la pauvreté de ses pensées, le jeune député démontre que la révision constitutionnelle est une priorité pour les Fcbe. Il ose dire que le débat est clos !!! « L’essentiel autour de ce débat a été dit. Tout ce que raconte l’opposition est de la désinformation, c’est du mensonge », a-t-il déclaré. Pour Bida, il faut alors réviser la Constitution, les yeux fermés sans s’inquiéter de ce que fera Yayi Boni. C’est justement ce genre de déclaration qui ne rassure pas. Pour quelle raison Bida qui se dit intellectuel ne s’est pas demandé pourquoi le projet déposé à l’Assemblée nationale a touché plus de 25 articles alors que toute la communication du gouvernement et des Fcbe est axée sur trois réformes à savoir la création de la Cour des comptes, l’imprescriptibilité des crimes économiques et l’institutionnalisation de la Céna ? Ne sait-il pas que ces trois réformes peuvent-être déclinées en trois articles ? Ne sait-il pas que le préambule de la Constitution a été touché dans le projet déposé à l’Assemblée nationale ? S’il ne le sait pas, toute l’inquiétude de la classe politique est là. Cette classe politique craint que Yayi ne s’éternise au Pouvoir après 2016. Et elle a raison. Cette révision n’aura pas lieu sous Yayi !!! N’en déplaise à Bida qui s’efforce à défendre l’indéfendable pour montrer qu’il joue très bien son rôle de porte-parole du machin Fcbe en lambeaux…

Depuis quelques mois, le jeune député est utilisé pour les basses besognes par son guide. Il prend souvent la parole au nom de l’alliance au Pouvoir… même si c’est pour dire des âneries du genre « des instituts européens ont livré des sondages qui confirment que les Fcbe contrôlent 80% de l’électorat du Bénin ». Il s’affiche de plus en plus. D’autant que la plupart des ténors des Fcbe ne veulent plus prendre position pour ce regroupement. C’est donc l’occasion pour envoyer l’homme qui invente des sondages au charbon. Yayi espère qu’il va bien faire le job. Et il assure déjà avec ses arguments bidons avancés pour manipuler une partie de l’opinion, notamment ces soi-disant étudiants ressortissants de la Donga qu’il a débarqués en salle pour un point de presse !!! Il a été aussi chargé pour convoyer la très controversée liste des Fcbe pour les législatives à la Céna.

Assuré de reprendre le chemin du Parlement ou de trouver un point par la grâce de Yayi, son Dieu sur terre, Nouhoum Bida montre ses tout petits muscles pour faire peur à ses ‘’sujets’’. Malheureusement, il n’effraie personne. Suppléant de Alassane Soumanou dit Gatéri dans la 13è circonscription électorale, il pourra faire toute sa démonstration de force à Djougou pour faire passer sa liste. Puis, le chemin lui sera tracé pour aller au Parlement si Gatéri était maintenu au gouvernement. Dans le cas contraire, le chef des Fcbe pourra lui trouver un poste de Directeur général ou de ministre pour éviter qu’il galère. Lui, il tient son job politique et gagne bien sa vie. Et il dit aux jeunes que Yayi a créé plus de 18.000 emplois…

Au Parlement, Bida se fait passer pour une grande gueule. Capable de donner des injonctions à Nago qui aurait pu être son père ou même son professeur, il se jette dans le bain, oubliant que la lugubre page Yayi sera bientôt fermée. Il se jette si maladroitement que son avenir politique pourrait en prendre un coup. Dans un débat contradictoire sur la chaîne de télévision Canal 3, Epiphane Quenum avait vraiment minimisé ses qualités d’homme politique. Son compagnon Rachidi Gbadamassi n’hésite pas souvent à parler d’adolescent politique. Cela correspond plus au jeune député de Djougou plongé dans l’illusion, pensant qu’il suffit de voir sa photo à la une de quelques journaux pour être un homme politique incontournable. Pardonnons Bida. Son jeune âge lui joue des tours…

 Epiphane Axel Bognanho