Spread the love

Procureur généralLe nouveau procureur général près la Cour d’appel de Cotonou, Pierre Ahiffon, a été installé dans ses nouvelles fonctions. Aussitôt, il a levé un coin de voile sur ses priorités. La cérémonie présidée par Hubert Arsène Dadjo s’est déroulée, mardi 04 septembre 2018, à Cotonou.

Il est désormais le numéro 1 du parquet de Cotonou. Il s’agit de Pierre Dassoundo Ahiffon, nouveau procureur général près la Cour d’appel de Cotonou. Il a été installé dans ses nouvelles fonctions au cours d’une cérémonie solennelle qui a connu la présence de ses nouveaux collègues, ses parents et amis. Selon Hubert Arsène Dadjo, président de la Cour d’appel de Cotonou, le nouveau patron du Parquet de la Cour d’appel de Cotonou n’est pas un novice à ce poste, parce qu’il occupait, avant sa nomination, le même poste à la Cour d’appel d’Abomey. Dans son adresse, Pierre Ahiffon a remercié le gouvernement pour la confiance placée en sa personne. « Nous allons travailler d’arrache-pied afin que chaque praticien du droit puisse s’imprégner des nouvelles réformes engagées dans le secteur », a confié l’heureux du jour. Son ambition est de lutter contre les crimes de sang. Ainsi, les tribunaux d’instance ou les Cours d’appel des juridictions de droit commun (des saisis des répressions économiques à travers l’installation de  la Criet), vont se concentrer principalement sur les crimes de sang. Par ailleurs, la lutte contre ce phénomène requiert des techniques que le magistrat entend définir avec les substituts pour relever ce défi. « Il ne sera plus question de priver les gens de liberté en matière de crime de sang sur des compilations de témoignages. La Police scientifique fera désormais un travail préalable de récolte d’éléments de preuves qui permettront d’identifier les auteurs de ces crimes », a-t-il précisé. De plus, le nouveau Procureur a plaidé pour que le fichier d’Adn qui est prévu par le code de procédure pénal soit mis en place afin de faire le rapprochement avec les éléments de preuves recueillis sur le terrain. Pour finir, le récipiendaire a pris l’engagement de continuer le travail pour le désengorgement des prisons.

Donald Kévin Gayet

(Stag)