Spread the love
pelerin
Ces pèlerins ont déjà reçu l’appel de Banamè

Comme à l’accoutumé, les fidèles de la mission de Banamè ont effectué du 13 au 16 août 2015 leur pèlerinage annuel sur la colline sainte de Sovidji. Ce rendez-vous de prières, d’adoration, de louanges et d’enseignements s’inscrit dans le cadre de la célébration de la montée de la Vierge Marie au ciel. A cette occasion, Daagbo a demandé à ses fidèles de cultiver l’humilité et le respect à Dieu.

«Etre fidèle et obéissant à Dieu se paie.» Ainsi s’est adressé aux fidèles de la mission de Banamè, le Pape Christophe XVIII pour leur souligner l’importance et la nécessité de se confier à Dieu. Lors de son homélie de la messe d’action de grâce commémorative de la fête de l’Assomption, il a fait la genèse de la mission de Banamè, rappelé les embûches ayant émaillé leur parcours et évoqué  les diverses interprétations que font les hommes au sujet de cette mission. Après ses analyses, il a fait remarquer qu’en dépit des miracles qui s’opèrent sur la colline sainte de Banamè, les hommes, septiques et incrédules qu’ils soient,  refusent de quitter leurs ténèbres pour la lumière. Préoccupé, le pape a donc exhorté les âmes qui sont encore en perdition, à quitter leur ignorance et à expérimenter Banamè pour avoir le salut de Dieu. « Au cas contraire, elles  n’ont qu’à se taire et ceci à jamais », a martelé Daagbo, la responsable de la mission de Banamè. Selon elle, il faut croire à ce qui se passe à Banamè car sa présence parmi les hommes comme Dieu n’est plus un doute. « Banamè, c’est Dieu qui a pris chair  pour vous dire que moi je suis Dieu Esprit Saint, créateur du ciel et de la terre et que je ne suis pas Parfaite. Ce n’est pas Parfaite qui vous parle. C’est le temple que j’habite actuellement qui est Parfaite», a-t-elle précisé  en situant les uns et les autres et en éclairant les zones d’ombre qui persistent encore dans le cœur de certains. Justifiant le sens de l’Assomption, Daagbo a expliqué qu’elle est la récompense de la fidélité et du respect de la vierge Marie à Dieu. «Tout ce qui nous arrive ici-bas est le mérite des hommes et la résultante de leurs inconduites». Ainsi, pour éviter à ses fidèles d’être victimes de la colère de Dieu souvent due à leur égoïsme, il leur a demandé de cultiver  l’humilité et l’obéissance  à Dieu comme la Vierge Marie l’a été.  Car, insiste-t-elle, «ce n’est que par ces vertus qu’on peut tout obtenir de Dieu. Lors de cette eucharistie à laquelle ont pris part des milliers de pèlerins venus de tous les horizons, la Sœur Clotilde Akindès a été investie Mère générale pour un mandat de trois ans renouvelables. Elle a la lourde responsabilité de conduire en collaboration avec son conseil général, les 57 religieuses réparties dans 6 différentes congrégations dont dispose la mission de Banamè à savoir la congrégation des Sœurs de St Etienne, de St Gérard, de Ste Jeanne d’Arc, de Ste Thérèse et des Sœurs de la charité.

Zéphirin Toasségnitché
(Br Zou-Collines)