Spread the love

talon-commissionSelon Jeune Afrique, le Bénin est définitivement une terre d’espérance. Le magazine international indique que tous les domaines seront bientôt embrasés par ce vent de changement qui s’annonce. Plus de 227 projets sont inscrits dans le Programme d’investissement public (Pip) 2018 pour plus de 470 milliards de FCfa investis.
Les oiseaux de mauvais augure peuvent brailler, les politiques en panne de popularité peuvent faire des sorties nulles, la flamme allumée par le régime du Nouveau Départ ne s’éteindra pas. Le Bénin à l’extérieur inspire respect et admiration. 2018 est l’année des rêves certains pour les Béninois. La presse étrangère présente le Bénin comme ce phénix qui renaît dans la région ouest-africaine. Ce petit pays perturbé ces dernières années par une politicaillerie stagnante prend définitivement son envol avec des perspectives heureuses pour cette année. Les études de faisabilité réalisées en 2017 vont, pour la plupart, se transformer en chantiers dans les douze prochains mois, notamment dans le secteur routier et dans la production de l’énergie. Deux centrales sont en construction pour un investissement de 100 milliards de Fcfa. L’apport en énergie de ces  centrales sera de 85Mw et viendra s’ajouter aux 120 Mw de la centrale thermique de Maria-Gléta. L’Etat a également prévu de dégager plus de 100 milliards de Fcfa pour mettre un terme à l’érosion côtière. L’autre projet phare, c’est l’aéroport de Glo-Djigbé. Ce merveilleux projet jeté au placard depuis 1974 a été ressuscité par le régime Talon et le financement obtenu. Cette infrastructure s’étend sur 3028 ha dont 1600 pour l’aéroport avec un coût estimé à 360 milliards de Fcfa dont 145 milliards de financement public et 215 milliards provenant du secteur privé. A tout ceci, s’ajoute la Cité de l’innovation et du savoir Sèmè City. Ce grand projet rêvé du gouvernement porte la marque d’une révolution dans le domaine de la science et du savoir.De nombreux projets touristiques sont également pratiquement fignolés pour donner vie au secteur et valoriser nos potentiels culturels et touristiques. Le Bénin s’éveille et pour de bon. Il ne faut plus se taire désormais, quelque chose de grand s’annonce pour cette année. Les gens sans foi, ni loi qui n’ont de vœu que de surfer sur la misère des populations pour leur subsides électoralistes ont voulu une fois encore, avancer l’argument selon lequel le régime actuel ne fait pas du social.

La présence remarquable du social

A court d’arguments, ils sombrent dans l’hérésie, mais dans le fond, il n’en est rien. Depuis l’arrivée du régime du Nouveau Départ, aucune mesure sociale mise en œuvre par l’ancien régime n’a été supprimée. Mieux,  des efforts ont été faits sur la question de l’emploi des jeunes et le Fonds pour la prévention et la protection en cas de catastrophes. En 2018, les dépenses sociales prioritaires passeront de 160 milliards (l’an dernier) à 180 milliards de Fcfa. Le secteur de l’éducation représentera 26,33% du budget contre 19,76 en 2017. La cantine scolaire gouvernementale sera étendue à toutes les écoles et les subventions aux mesures de gratuité seront renforcées à partir de la prochaine rentrée. L’Etat a déjà démarré l’apurement de ses dettes vis-à-vis des hôpitaux. Tout ceci vient conforter la volonté farouche du gouvernement d’œuvrer à la mise en œuvre de vastes actions sociales qui touchent directement les populations.  Toutes ces actions phares se conduisent dans la patience et avec méthode. L’embellie économique se précise et les fruits des réformes et sacrifices ne tarderont pas à être perceptibles.

Abdourhamane Touré