Spread the love
PIERRE-OSHO2
Pierre Osho rendant l’hommage de la Lnjp

Avec émotion et respect, nous sommes venus nous joindre au prestigieux aréopage ici rassemblé, pour conjurer avec ceux des Béninoises et des Béninois, nos compatriotes, notre modeste témoignage d’affection, de loyalisme et de gratitude à l’endroit du Président Mathieu Kérékou, notre Grand camarade de lutte, en cette douloureuse et solennelle circonstance d’hommage national.

«  Grand Dirigeant, Patriote lucide et visionnaire, Artisan émérite de l’unité nationale, Homme de dialogue et de consensus, Homme de paix, Promoteur de l’ère du Renouveau démocratique, vrai Baobab.. », tels sont les quelques uns des qualificatifs amplement relayés par les médias dans les multiples témoignages enregistrés, dès que fut connue, le 14 octobre 2015, la poignante nouvelle du décès du Général Mathieu Kérékou.
 Nous qui avons servi à ses côtés et sous sa direction, depuis le 26 octobre 1972, portés par l’élan collectif des organisations démocratiques progressistes et révolutionnaires de l’époque, nous ne pouvons que ressentir aujourd’hui, 43 ans plus tard, une profonde et légitime fierté, face à ce concert d’appréciations élogieuses à l’égard de celui qui a été et qui restera notre Chef, notre Grand camarade de Lutte.
C’est donc notre devoir de témoigner pour le Chef, et cela sans travestir la vérité, et sans rien sacrifier de l’exigence de probité et d’honnêteté intellectuelle.
C’est aussi dans cet esprit que nous sommes venus en ces lieux, nous recueillir, saluer, honorer la mémoire de l’illustre disparu.
 Ni infaillible, ni parfait, Mathieu Kérékou était tout simplement un authentique descendant de notre terroir, un militaire accompli, un patriote inflexible, un vrai Chef. Il a toujours abhorré l’injustice à l’égard de quiconque, et manifesté une sollicitude constante à l’égard des laborieuses masses populaires, et singulièrement pour les plus faibles et les plus démunis. Il a toujours entretenu, dans le tréfonds de son être, un sens aigu de l’Etat et du devoir national, le culte de l’intérêt général, le respect de l’Autorité, de la Loi, des règles et des textes, l’esprit de rigueur et de responsabilité, le goût du travail bien fait.
Voilà pourquoi nous, ses fidèles compagnons, nous nous faisons le devoir d’honorer sa glorieuse mémoire, et invitons instamment la jeunesse béninoise à s’inspirer de son patriotisme et de son engagement pour le Bénin, notre pays et pour l’Afrique.
 Cher camarade président
 Nous saluons en Vous, le dirigeant perspicace et inspiré qui a clairement indiqué à son Peuple la voie salutaire et radieuse, mais éprouvante, de l’éveil patriotique, de la mobilisation et de l’organisation, de la confiance en soi et du travail acharné auquel il faut s’atteler dans la lutte pour nous libérer de la domination étrangère, de l’obscurantisme et de l’arriération.
 Nous Saluons en Vous, le dirigeant courageux qui n’a pas hésité à se porter à la tête du combat et de la contre-offensive, pour faire échec à l’agression mercenaire du dimanche 16 janvier 1977.
 Nous saluons en vous, le dirigeant sage et lucide qui, dans un esprit de désintéressement et d’humilité exemplaire, a su mettre au dessus de tout, l’intérêt supérieur de la Nation, l’unité et la cohésion, la sécurité et la paix et tout le peuple béninois, la stabilité politique du pays et l’avenir des générations montantes, pour convoquer l’historique Conférence des forces vives de la Nation de février 1990, assises dont les conclusions et résolutions ont permis au Peuple béninois de poursuivre sa route, à la recherche de son indépendance, de sa libération, de sa souveraineté et de son développement, dans notre sous-région ouest africaine, dans un cadre panafricain.
Notre vaillant peuple est le témoin oculaire de votre brillant passage sur cette terre du Bénin. Lui seul peut, à la lumière de son expérience et jusqu’à la fin des temps, passer le témoin à de nouveaux dirigeants patriotes et responsables, et pérenniser votre féconde et impérissable contribution à faire du Bénin, un peuple réconcilié avec lui-même et avec son histoire, un peuple uni et déterminé à avancer dans la voie d’un authentique Renouveau démocratique, dans la voie de la modernité et du progrès, pour assumer la plénitude de son grand destin national, en terre africaine libre du Bénin.
 Camarade Président
 La jeune génération, levant haut l’étendard de votre lutte, aspire légitimement à puiser dans votre riche expérience politique qui dégage votre valeur fondamentale et devise cardinale, ce qui suit :
– Aimer de tout cœur sa Patrie, le Bénin et l’Afrique !
– Lutter avec audace et persévérance pour leur indépendance véritable et leur souveraineté.
– Œuvrer dans l’unité, pour la prospérité et le rayonnement de notre beau et grand continent, l’Afrique.
Adieu cher président Kérékou !
Que la terre de nos aïeux vous soit légère !
Achille Tépa, Rpt résident de l’Ong internationale Mani-tésé. «…Kérékou ne mourra jamais»
« …Pour moi, le Président Kérékou, c’est le Bénin et comme le Bénin ne mourra jamais, le Général Kérékou non plus ne mourra jamais. C’est vrai, j’ai aussi suivi les différents témoignages, et je dois avouer aujourd’hui que Pierre Osho a comblé un vide. Un vide qui manquait un peu après les hommages du Chef d’Etat major général et d’autres autorités. On ne peut pas parler du soldat Mathieu Kérékou sans parler de ce qui s’est passé le 16 janvier 1977. En fait, c’est lui le Président qu’on recherchait, c’est à cause de lui qu’on avait envoyé les mercenaires. Mais c’est lui qui est sorti et qui a organisé la riposte. C’est lui qui est allé au front pour diriger la riposte. Et ça, il fallait le restituer. L’autre chose qu’il fallait verser à ce dossier pour qu’il soit complet, en parlant de l’humilité et de modestie qui ont toujours caractérisées l’homme, c’est que tout récemment, l’Etat a voulu faire de lui, un Général de corps d’armée avec rappel sur des dizaines d’années. Il a refusé parce qu’il s’est dit que ce n’était pas la peine. Tous ces avantages et tous ces galons pour lui, il a dit non. Et ça, il fallait aussi le restituer au peuple.»