Spread the love

houngbédji-geneveLe président de l’Assemblée nationale Me Adrien Houngrbédji et une forte délégation des députés du Bénin ont pris part depuis le samedi 17 octobre dernier à la 133ème assemblée générale de l’Union Parlementaire Internationale. Le thème de la session 2015 de l’Assemblée générale de l’union qui se tient à Genève est intitulé : des migrations plus justes, plus sensées, et plus humaines : un impératif économique et moral. A l’entame de la séance, la deuxième personnalité du Bénin a livré un discours dans lequel il a émis le vœu que des engagements soient pris à l’issue de l’assemblée générale pour pallier à la situation des réfugiés qui prennent de plus en plus d’ampleur. Et comme solution, Me Adrien Houngbédji a demandé aux Gouvernements des pays d’origine de ces réfugiés, de leur délivrer les documents administratifs nécessaires, comme les pièces d’identité. Des actes déjà posés par le Bénin et le Togo avec l’appui du Haut commissariat des réfugiés (Hcr). A noter que cette assemblée générale prendra fin le mercredi 21 octobre prochain. Voici ci dessous la teneur intégrale de son discours.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Genève, 17-21 octobre 2015

DÉCLARATION DE LA DÉLÉGATION BÉNINOISE PRONONCÉE PAR SON

EXCELLENCE MONSIEUR ADRIEN HOUNGBEDJI, PRÉSIDENT DE

L’ASSEMBLÉE NATIONALE DU BÉNIN

– Monsieur le Président,

– Monsieur le Secrétaire Général de l’UIP,

– Distingués délégués,

– Mesdames, Messieurs,

La délégation du Bénin s’associe à la déclaration faite par le Groupe Africain.

Elle exprime, à vous-même, Monsieur le Président, et à tous les membres du bureau, sa haute appréciation, pour l’excellente conduite de nos travaux.

Elle remercie le Secrétaire Général de l’Union Interparlementaire et toute son équipe pour l’excellente organisation des travaux de la présente session de l’Assemblée.

Monsieur le Président,

L’actualité internationale est dominée, depuis plusieurs mois, par la crise aigüe des migrations et des réfugiés, dans certaines régions du monde, notamment au Moyen Orient, en Afrique et en Europe.

En consacrant le débat général de la session 2015 de l’Assemblée de l’UIP au thème intitulé : « des migrations plus justes, plus sensées, et plus humaines : un impératif économique et moral », nous avons vu juste, car, face à cette situation, nous devrons engager une réflexion collective.
Les images fortes, que nous voyons sur les chaînes de télévision et autres médias, sur les drames que connaissent les migrants, et les migrants en mer, ne peuvent nous laisser indifférents.
Nous convenons tous que la migration fait partie de la dynamique des populations et des sociétés, si elle se déroule dans des conditions sociologiques normales et apaisées.
En effet, les mouvements de populations, au départ, en transit et à destination de pays et régions, s’enregistrent et alimentent la vie économique et sociale.

Les Nations Unies estiment à 3% de la population mondiale le nombre de migrants internationaux, chiffre qui s’est stabilisé depuis une quarantaine d’années. Si elle est gérée de façon harmonieuse et structurée, la migration internationale peut constituer, réellement, une source d’opportunités économiques et d’enrichissement social et culturel, pour tous les pays et régions du monde.

Mais il s’est développé, depuis plusieurs mois, un phénomène de surchauffe migratoire, avec des conséquences dramatiques qui nous interpellent tous.

Cette situation amplifie les vulnérabilités, affecte des dizaines de millions de personnes, et mérite que l’ensemble des acteurs de la protection du droit international humanitaire et de la communauté internationale, agisse, de façon coordonnée, afin que des solutions appropriées et durables, soient apportées, à la fois, par les pays de départ, de transit et de destination des migrants, ainsi que par les Organisations régionales, internationales et toutes les autres composantes de la société.

La délégation du Bénin est également convaincue que, à cette crise globale, devront être apportées, des réponses, à la fois globales et locales.

Terre d’hospitalité, le Bénin accueille plusieurs milliers de réfugiés de la région ouest africaine, du continent et d’autres régions du monde.

Devant l’incertitude de l’avenir pour ces milliers de réfugiés, mon pays a décidé de leur accorder le statut de résidents privilégiés en leur établissant gratuitement des titres de séjour, à partir de 2013.

Dans ce cadre, le Bénin a demandé aux Gouvernements des pays d’origine de ces réfugiés, de leur délivrer les documents administratifs nécessaires, comme les pièces d’identité, afin de faciliter cette opération. Ainsi, le Togo et le Bénin ont développé une coopération bilatérale très fructueuse avec le soutien du HCR, pour délivrer à tous les réfugiés Togolais qui n’en disposaient pas, leurs cartes d’identité nationale.

Aujourd’hui, des milliers de réfugiés sont sortis de leur statut pour devenir des acteurs socio-économiques à part entière dans la société béninoise.

Je voudrais saisir la présente occasion pour exhorter la Communauté internationale à poursuivre son soutien aux efforts déployés par la République du Bénin pour accueillir et intégrer les migrants et les réfugiés dans la société béninoise.

Nous devrons concevoir un véritable pacte de politiques communes de coopération pour le développement, qui prennent mieux en compte la mobilité humaine.

Face à cette situation, le devoir humanitaire et la solidarité internationale devront être manifestés, de façon effective.

Dans la gestion des migrations, les droits de l’homme et les libertés publiques devront être respectés.
De même, l’information et la sensibilisation nécessaires devront être organisées. Des projets et programmes d’intégration économique et sociale, devront être développés en faveur des couches de populations concernées, dans les pays d’origine, de transit et de destination.
Monsieur le Président,

La délégation du Bénin forme le vœu, que le prochain Sommet humanitaire mondial de 2016 à Istanbul (Turquie), débouche sur la formulation de recommandations, et la prise de décisions dont la mise en œuvre effective et suivie, permettra de donner une réponse humanitaire efficace, et de promouvoir la sécurité, le bien-être des populations, et l’équilibre social, aux quatre coins du monde.

De même, elle souhaite que la Conférence de Paris sur le climat, en décembre prochain, enregistre des résultats importants, qui permettent de traiter durablement le lien entre climat, migration, paix, sécurité et développement.

Je vous remercie.