Spread the love
Yayi Boni et ses partisans font diversion devant l'opposition
Le Président Houngbédji (à droite) ne se laisse pas distraire

Deux correspondances informant le président de l’Assemblée nationale, de la plainte du président de la République, Yayi Boni, contre le député Janvier Yahouédéou qui l’aurait accusé d’avoir détourné les 8 milliards de FCfa récupérés auprès des épargnants de Icc-services, ont été déclarées irrecevables par Me Adrien Houngbédji.

A la faveur de la plénière du mardi 21 juillet 2015, il a été donné lecture de la correspondance du ministre de la Justice, garde des sceaux, demandant au président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, de permettre au député Janvier Yahouédéou de fournir les preuves de ses allégations contre le chef de l’Etat, le président Yayi Boni accusé dans le dossier Icc- services. La correspondance du procureur de la République, demandant au président de l’Assemblée nationale de réclamer les preuves des accusations du député Janvier Yahouédéou dans ledit dossier, a été également lue. Malheureusement, ces deux correspondances ne sont pas les bienvenues au Parlement. Me Adrien Houngbédji trouve que la procédure utilisée par le chef de l’Etat est biaisée et ne saurait connaître une issue favorable. En un mot, Adrien Houngbédji a expliqué que cette demande ne va pas prospérer car, il ne revient pas au procureur de demander à un député de remettre les preuves de ses déclarations considérées comme des accusations graves, à la justice. Alors, il convient de dire que le président Yayi Boni n’aura que ses yeux pour pleurer parce qu’il n’aura pas la chance de concrétiser son vœu qui n’est rien d’autre que d’obtenir la levée de l’immunité parlementaire du député Janvier Yahouédéou. Aucun des députés n’a eu le temps de dire quoi que ce soit à propos de cette plainte, surtout que le président Adrien Houngbédji n’a ouvert aucun débat à ce propos.

 Thobias G. Rufino (Br Ouémé-Plateau)