Spread the love

expertsCotonou abrite depuis lundi 19 novembre 2018, la 1ère session du comité scientifique du plan stratégique national intégré pour l’élimination du Vih/Sida, la tuberculose, le paludisme, les hépatites, les Ist et les épidémies. Organisée par l’instance nationale de coordination de la lutte contre lesdites maladies, la rencontre vise la mise en place d’un cadre de coordination holistique pour les maladies prioritaires.  

Soucieux du mieux-être des populations, le chef de l’Etat a mis en place une instance nationale de coordination de lutte contre les maladies prioritaires. Pour la mise en œuvre de ce projet, un comité scientifique du plan stratégique national intégré pour l’élimination du Vih/Sida, la tuberculose, le paludisme, les hépatites, les Ist et les épidémies a été installé pour définir les stratégies permettant de lutter efficacement contre ces maladies. C’est donc dans cette dynamique que se tient la session du comité scientifique. Cette rencontre de réflexion stratégique de haut niveau, selon Dr Melchior Aissi, Secrétaire exécutif du Cnls-Tp, permettra de proposer des mesures pour améliorer la lutte contre Vih/Sida, la tuberculose, le paludisme, les hépatites, les Ist et les épidémies. Après avoir reconnu l’importance de la séance, Benjamin Hounkpatin, ministre de la Santé et deuxième vice-président du Cnls-Tp, a fait observer qu’elle s’inscrit dans le cadre de la mise en place de l’instance de coordination holistique pour les maladies prioritaires. A en croire Valentine Kiki, représentant le ministre d’Etat chargé du Plan et du développement, premier vice-président du Cnls-Tp, la session a pour missions d’apprécier les résultats des études réalisées dans le cadre du Psnie, de procéder à une analyse critique des stratégies et approches novatrices basées sur des évidences pour l’élimination sur les quatre grandes maladies. Elle a également pour mission de faire des recommandations au Cnls-Tp en vue de l’adoption des maladies. La session prend fin ce jour mercredi 21 novembre 2018.

 Odi I. Aïtchédji