Spread the love
inondation
Les pluies diluviennes occasionnent les maladies hydriques

La pluie est devenue fréquente ces dernières semaines à Cotonou. Sa régularité a occasionné, comme d’habitude, des inondations dans un environnement insalubre. De ce fait, les habitants de Cotonou sont à nouveau exposés aux maladies hydriques.

Des flaques dans les rues, des maisons inondées, des routes bondées d’eaux boueuses, des caniveaux bouchés d’ordures qui dégagent des odeurs suffocantes et nauséabondes. Les routes deviennent peu praticables  et sont sources de nombreux accidents. Ce sont là quelques constats ahurissants causés par les pluies qui se sont abattues ces dernières semaines sur la ville de Cotonou. Dans l’environnement on assiste à la naissance de façon exponentielle des microbes et organismes bactériens. «  Les maladies comme le paludisme, la grippe, les affections bronchiques, sont les motifs de consultations dans les formations sanitaires à Cotonou », a déclaré le docteur Alexandra Zomahoun en service au Centre national hospitalier et universitaire de Cotonou. La spécialiste de santé fait comprendre que toute la population, surtout les enfants de moins de 5 ans, développent des anémies palustres importantes. Elle note au passage que les types de maladies recensées en cette période sont les maladies parasitaires et bactériennes. A propos des ordures ménagères non collectées, Daniel Tinhawe responsable des collecteurs d’ordures ménagères de la section de Sègbèya (Cotonou) a déclaré que la cause de ce retard est liée à la dégradation des rues par la pluie et  l’absence  de lieu de regroupement des ordures ménagères ramassées ou  de décharges intermédiaires. Il poursuit en disant que depuis quelques temps les ordures sont déversées dans les bas-fonds faute de lieu de regroupement. Vivement qu’une solution durable soit trouvée pour qu’en période de pluie les populations ne subissent plus des désagréments.     
Carelle Komi
(stag)