Spread the love

sceau de la justiceLe Procureur de la République près le Tribunal de première instance, de deuxième classe de Pobè s’est autosaisi d’un dossier concernant l’ancienne sage femme, Laurence Montéiro Odounlami. Une plainte a été déposée contre elle, et sur instruction du Procureur de la République, la Police républicaine l’a arrêtée.

La présidente de l’Association des sages-femmes du Bénin, Laurence Montéiro Odounlami, n’est plus libre de ses mouvements. Elle a été interpellée au cours d’une formation dans un hôtel de Pobè, initiée par l’Association des sages-femmes du Bénin, à travers le projet : « Les sages-femmes sauvent des vies ». Elle a passé 48 heures de garde à vue dans les locaux de la Police républicaine de Pobè avant d’être déposée à la prison civile de Porto-Novo le lundi 14 mai 2018. Sa comparution est annoncée pour le 19 juin 2018. En effet, une plainte déposée au Tribunal de première instance (Tpi) de Pobè fait état d’une somme de 300 000 FCfa qu’elle aurait encaissée, pour garantir l’inscription de la fille d’un opérateur économique résidant à Pobè dans une formation de médecine publique. L’échec de la candidate a fait croire à son géniteur qu’il a été grugé. C’est alors que ce dernier a réclamé en vain son argent. Pour entrer en possession de ses fonds, il a confié l’affaire à la justice. Selon certaines sources, après l’interpellation de Laurence Monteiro, celle-ci aurait accepté de rembourser les 300 000 FCfa; ce que la Police républicaine aurait rejeté.

MA