Spread the love

police-benin-securite

La police républicaine a procédé jeudi 19 juillet 2017 à son point de presse hebdomadaire. Les exploits réalisés par les différentes unités opérationnelles sur l’étendue du territoire national ont été présentés aux professionnels des médias.

Les cybercriminels sont toujours dans le viseur des hommes en uniforme. Ils sont au total quatorze à être interpellés dont deux dans le département de l’Atlantique. Sur renseignements, une équipe du commissariat de Godomey a perquisitionné dimanche dernier autour de six heures trente minutes, le domicile des deux cybercriminels de nationalité béninoise. La fouille a permis de découvrir des ordinateurs portatifs, des téléphones portables, des gris-gris et une somme de 6 millions 130 mille francs Cfa. Les douze autres ont été interpellés dans le département de l’Ouémé notamment les quartiers Dowa Gbago et Gbakpo à Porto-Novo. Parmi ces derniers, on note huit ressortissants du Nigéria. Plusieurs objets qui servent d’outil de travail à ces délinquants ont été saisis. En dehors des cas de cybercriminalité, il y a viol sur mineur dans la commune d’Akpro-Missérété. Le présumé auteur est un directeur d’école qui aurait abusé d’une de ses écolières de 11 ans. Toujours dans le département de l’Ouémé, dame Blessing Anyanwu de nationalité nigériane a été interpellée par les éléments du commissariat spécial de Kraké pour trafic de nouveau-né. Une fouille sommaire de la mise en cause a permis de constater qu’elle détenait sur elle une somme de 290 mille Naira pour l’achat du nouveau-né. Une enquête est actuellement en cours pour démanteler tout le réseau, a rassuré le porte-parole de la police républicaine, le colonel Pascal G. Odéloui. Dans le département du Zou, deux individus, membres d’une bande spécialisée dans le cambriolages de boutique et d’églises dans les communes d’Agbangnizoun et d’Abomey ont été arrêtés. D’autres divorcés sociaux impliqués dans des cas de vols et de braquages dans les départements du Plateau, de l’Atlantique, du Littoral et de l’Ouémé sont désormais hors d’état de nuire.

Marcus Koudjènoumè