Spread the love

tohoInvité sur l’émission «Tour de contrôle » de Golfe télévision samedi 02 juin 2018, Kisito Chabi Sika, Directeur général du laboratoire central de sécurité sanitaire et alimentaire (Lcssa) a étalé les capacités de sa structure. Il a également rassuré les populations par rapport au doute émis sur les résultats provisoires de son laboratoire suite aux analyses effectuées sur l’intoxication du lac Toho.

« Les analyses effectuées au début par le Laboratoire central de contrôle de la sécurité sanitaire des aliments (Lcssa) n’ont pas permis d’élucider les causes de cette probable intoxication des poissons dans le lac Toho». C’est ce qu’a précisé, Kinnou Kisito Chabi Sika, Directeur général du Lcssa sur l’émission «Tour de contrôle» du samedi 02 juin 2018. Selon ses explications, plus d’une trentaine de molécules de pesticides appartenant à quatre grandes familles (organophosphorés, organochlorés, carbamates, pyréthrinoides) ainsi que cinq (05) familles  de médicaments vétérinaires (Beta-lactame, amphénicols, Macrolides, Tétracyclines, Sulfamides) ont été recherchées grâce à des technologies de pointe. « A ce jour, on pourrait juste retenir que l’eau du lac, qui est l’environnement prédominant de contact des poissons, ne contient pas de traces des pesticides des familles citées au regard des limites de détection (Ld) des méthodes d’analyse ayant permis d’effectuer les opérations techniques de recherche », a-t-il déclaré. Il a donc réaffirmé que la mort massive des poissons ne saurait être expliquée par la présence d’une quelconque toxine appartenant aux pesticides et aux médicaments vétérinaires recherchés. En attendant la poursuite des investigations toxicologiques complémentaires auprès des laboratoires étrangers de la sous-région, le Directeur du Lcssa a ajouté qu’un appauvrissement du lac en oxygène dissout n’est pas à exclure. Car, plusieurs hypothèses sont encore émises pour élargir les recherches. Il y a par exemple, une intoxication des poissons soit par surcharge en matière organique par décomposition de la flore aquatique, soit par le phénomène de la remontée des ions ferriques à travers les rejets d’ordure, a souligné l’invité.

 Assurance qualité au cœur de toutes les démarches d’analyses

 Fort de ses attributs, le Lcssa  s’est engagé depuis 2012, grâce à l’appui des partenaires notamment le projet « Amélioration de la qualité sanitaire et phytosanitaire des produits (Asps)» élaboré dans le cadre du 10ème Fed (Ue), dans un processus de management de la qualité, selon les exigences de la norme Iso Cei 17025 (2005), afin d’acquérir la reconnaissance formelle de sa compétence au-delà de nos frontières. L’assurance qualité mise en place dans le cadre de son système de management de la qualité, comprend l’ensemble des actions et procédures destinées à établir  que l’analyse effectuée satisfait les exigences de qualité définies et demandées. Pour ce faire, le Lcssa, consacre chaque année, environ plus du tiers de son budget de fonctionnement pour l’acquisition des consommables et réactifs de qualité.

 D. K. G.

(Stag)