Spread the love
patrice-talon-nouveau1
Talon donne de gros soucis…

Cette fois-ci, ce sera irréversible. La hiérarchie policière et celle de la gendarmerie  devront se faire un peu de souci car les nouvelles qui nous parviennent ne sont pas bonnes. Un grand vent arrive et fera éjecter des responsables de leurs fauteuils. La raison principale, l’inefficacité face aux braquages à Cotonou et environs

L’information se précise au grand inconfort des actuels promus à la tête de la police et de la gendarmerie. La recrudescence des cas de braquages dans la ville de Cotonou dérange sérieusement le chef de l’Etat, Patrice Talon. Le bruit court, les couloirs sont pris d’assaut. Selon les informations, la question est irréversible. L’autorité est plus que jamais décidée à procéder à un profond réaménagement au niveau de la police et de la Gendarmerie. L’objectif est d’avoir une équipe avertie et vraiment décidée à faire face aux hors la loi apparemment très inspirés et mieux outillés ces derniers temps. Les accusations qui reviennent souvent, c’est l’indolence de la hiérarchie. Il semble qu’on n’a pas réussi à trouver une solution virile aux multiples menaces des malfrats. A propos du Chef de la Police, c’est son a

Sacca Lafia et ses collaborateurs sont prêts pour livrer la Lépi
aux hommes de Sacca Lafia

bsence du territoire qui est souvent mis en exergue. Beaucoup justifie

l’inefficacité de ses hommes à cause de sa non maîtrise des réalités sécuritaires du Bénin. En effet, l’actuel directeur général de la Police nationale, Moukaïla Idrissou a été nommé alors qu’il était en mission hors du territoire. Beaucoup avancent qu’il a passé le plus de temps à l’extérieur et qu’il n’a pas une véritable connaissance des vrais astuces pour troubler le sommeil aux hors la loi. Mauvaise langue ou critiques fondées, l’autorité supérieure en a définitivement fait son idée. La gendarmerie aussi n’est pas du tout à l’abri. Selon les informations, la réorganisation de la gendarmerie est aussi en étude. La récente décision qui consiste à la placer sous la tutelle du ministère de l’intérieur est un avant-gout de ce grand projet de réaménagement. Les informations ne sont pas bonnes du tout pour les hommes forts de la sécurité béninoise. Le régime de la Rupture entend bien procéder à un profond réaménagement dans ce sens. Des responsables de la police et de la gendarmerie seront changés, mais qu’en est-il de l’autorité de tutelle, Sacca Lafia ? La question dérange les couloirs. Les bruits courent qu’il restera au gouvernement. Les prochains jours permettront d’en savoir davantage.

AT