Spread the love

SOSSOUHOUNTO1La sous-direction des affaires économiques et financières de la Police judiciaire enquête depuis quelques temps sur un dossier de vente des réserves administratives dans lequel serait impliqué l’ex-ministre de l’Urbanisme et de l’habitat, Christian Sossouhounto. Selon les résultats des premières enquêtes, la Police a de bonnes raisons de le garder dans ses locaux où il vient de passer sa deuxième nuit.

Une affaire de vente de réserves administratives serait en train de rattraper l’ex-ministre de l’Urbanisme et de l’habitat, Christian Sossouhounto. En effet, plusieurs domaines administratifs dont les superficies cumulées atteignent 30 hectares ont été illicitement vendus par des autorités au sommet de l’Etat. L’ex-champ de tirs, des domaines situés dans la zone Plm constituent, entre autres, les réserves vendues de façon illégale. Personne, du moins en dehors des enquêteurs, ne sait le niveau d’implication de l’ex-ministre Christian Sossouhounto. Il n’est pas le seul incriminé dans cette affaire. Des cadres de son ministère sont également mis en cause. Selon nos informations, les enquêteurs auraient fait la découverte selon laquelle c’est au préjudice de l’ancien ministre François Noudégbessi que ces faits illicites ont été commis. Lui aussi devrait s’expliquer, car, la Police aurait constaté que c’est sa signature qui a été utilisée pour accomplir les forfaits. Accusé de faux en écriture dans ces opérations de vente de réserves administratives, Christian Sossouhounto aurait commis le crime au moment où il était encore au gouvernement. Si les faits à lui reprochés sont avérés au bout des enquêtes, il devra rendre compte à la Haute cour de justice.

 AT