Spread the love

RépublicainsLes militantes et militants du Bloc républicain ont porté sur les fonts baptismaux leur parti à Parakou. C’était le samedi 08 décembre 2018 à la faveur d’un congrès constitutif  qui s’est déroulé sur l’esplanade de la Place Bio-Guéra, où d’éminentes personnalités politiques,  membres de ce bloc, se sont donné rendez-vous pour signer l’acte de naissance du nouveau-né.  

Le « Bloc républicain », frère siamois de « l’Union progressiste » a vu le jour à Parakou, suite à un accouchement issu d’un long processus fait de concessions, de sacrifices et de renoncements. Dans son mot de bienvenue à la cérémonie consacrant l’acte mémorial, le maire de la ville hôte, Charles Toko et président du comité opérationnel du congrès, a salué le leadership, le courage et l’intrépidité du président de la République,  véritable homme d’Etat, grâce à qui le peuple béninois est en train d’écrire une nouvelle page de son histoire politique. Selon lui, la création du Bloc républicain est l’expression de la mise en œuvre du système partisan voulu par le chef de l’Etat, Patrice Talon, pour réorganiser la classe politique béninoise en vue de l’amener à jouer son rôle.  Jean-Michel Abimbola, Coordonateur du comité d’organisation a, pour sa part, mis l’accent sur l’aspect national qu’incarne le parti naissant. La tenue du congrès du parti du Bloc républicain à la place Bio-Guéra, dira-t-il, symbolise la cohésion et l’unité nationale. « Nous avons voulu sonner la trompette de la mobilisation nationale et démontrer à toutes les parties prenantes que nous entendons  donner un sens à l’article 2, alinéa premier, de la Loi fondamentale qui dispose que : la République du Bénin est une, indivisible,  laïque et démocratique », a-t-il ajouté. Après avoir rendu un vibrant hommage à nos héros nationaux et aux martyrs qui, à travers leurs luttes, ont balisé le terrain, Abdoulaye Bio Tchané, le chef de fil de Républicains,  a dévoilé l’idéologie que prône le nouveau parti. Sur les traces des vaillants défenseurs de la République, les militantes et militants de ce grand regroupement politique en gestation   entendent  tresser la nouvelle corde au bout de l’ancienne, en puisant dans le passé pour construire le présent et l’avenir. « Notre responsabilité est de poursuivre le travail commencé», a-t-il déclaré. Constitué de 80 partis et d’une centaine de mouvements politiques, le Bloc républicain défend l’idéologie libérale enracinée dans les valeurs culturelles empreintes d’humanisme. Il est aussi le symbole de la compétition,  l’excellence et la juste rétribution de l’effort de chacun. «La conception de la Nation, de la société et l’héritage que nous prônons au sein du Bloc républicain repose sur des principes clairs. Adhérer donc au Bloc républicain, c’est faire le choix d’un régime politique  démocratique pluraliste, respectant l’état de droit et surtout les droits de la personne humaine », a-t-il laissé entendre.

L’emblème du cheval

 Les valeurs intrinsèques qui différencient les « Républicains » des autres sont portées par un logo symbolisant  un cheval blanc cabré dans un fonds vert de la carte du Bénin. D’après les explications de Malick Gomina, le régisseur général du congrès, le cheval est choisi à cause de sa  puissance, de sa noblesse et de sa  fidélité à  l’homme.  A ce titre, le cheval est un animal vigoureux capable de faire beaucoup de choses, de relever  les défis. Debout sur ses deux pattes postérieures, le cheval  fait preuve d’intelligence et d’agilité. Au sein donc du « Bloc républicain », mentionne Malick Gomina, les militants doivent faire preuve d’intelligence pour se mettre ensemble et aller en guerre contre les injustices, les passe-droits, la pauvreté, la misère dans laquelle végète les populations et lutter pour un changement de mentalité. A l’entendre, le fonds vert dans lequel est taillé le cheval blanc traduit le sens du 2ème couplet de l’hymne nationale. C’est-à-dire, au Bloc républicain, c’est l’espoir du renouveau qui permet de rêver haut. A noter qu’après lecture et amendement des textes fondamentaux du parti, les congressistes ont désigné les 52 membres du bureau politique national, avec les trois membres du présidium (Abdoulaye Bio Tchané, Rober Gbian et Jean-Michel Abimbola)  qui doivent travailler à faire asseoir les 17 membres du bureau exécutif national les jours avenir.

 Le ballet des soutiens

 Attaché à l’unité nationale, le Bloc républicain a invité à son congrès aussi bien les partis de la mouvance, que ceux de l’opposition. Même si l’Usl et Fcbe ont décliné l’invitation des Républicains, l’Udbn, le Prd et l’Union progressiste ont tenu à être témoins de la naissance du Bloc républicain. Olouchègoun Aïzannon, le représentant de l’Udbn a salué l’avènement du Bloc républicain sur l’échiquier politique national qui permettra de dynamiser la scène politique à travers la promotion de la jeunesse et la mutualisation des moyens. Soutenant les actions du président de la République, l’Udbn reste ouvert à tous les blocs de la mouvance présidentielle. Raphaël Akotègnon, représentant le Prd, a abondé dans le même sens en rappelant que le retrait du Prd du Bloc républicain n’est pas un synonyme qu’une quelconque abdication. Mieux, il prône les réformes du système partisan en adaptant sa mise en œuvre à son rythme. Quant à Bruno Amoussou, l’une des figures emblématiques de la politique béninoise, et porte flambeau du Bloc Progressiste, il s’est réjoui de la naissance du Bloc Républicain qui se veut le grand frère jumeau de l’Union progressiste. D’après ses propos, ils doivent travailler en symbiose  sur le terrain de manière  à rafler un nombre important de sièges aux  prochaines joutes électorales et à bâtir un Bénin nouveau où règne la justice et les droits de l’homme.

 Zéphirin Toasségnitché

(Br Borgou-Alibori)