Spread the love

talon-pAkpakpa-Dodomè et la zone de l’épi de Siafato présenteront bientôt un autre visage. Le Conseil des ministres du mercredi 25 juillet 2018 a autorisé la signature de contrats additionnels, en vue de  la réalisation des travaux confortatifs pour la mise en valeur du potentiel balnéaire du périmètre protégé, suite aux travaux de protection de la côte à l’Est de Cotonou.

Le 15 février 2018, lors de la visite du Chef de l’Etat à Akpakpa-Dodomè et sur la plage d’Eldorado, il est apparu que la mise en œuvre du volet protection de ce segment du  littoral aura de belles perspectives pour l’économie nationale.  Afin de mettre en valeur le potentiel touristique et balnéaire de ces bords de mer, le gouvernement entreprend de  nouveaux travaux confortatifs. A cet effet, le Conseil des ministres du  mercredi 25 juillet 2018 a autorisé la signature de contrats additionnels avec l’entreprise Bellsea Limited et le Bureau d’études Inros Lackner, responsable du contrôle. Cela, en vue de  la réalisation des travaux confortatifs pour la mise en valeur du potentiel balnéaire du périmètre protégé. En effet, le  domaine public fluvio-maritime d’Akpakpa-Dodomè, d’une superficie de 8 hectares environ, offre une double façade sur la lagune de Cotonou et son chenal d’une part, et sur l’Océan Atlantique d’autre part, une zone balnéaire de développement de lac marin. En plus, l’opportunité de la création du lac marin nécessite notamment que la zone du périmètre balnéaire soit déclarée d’utilité publique afin d’y faire les aménagements nécessaires en accompagnement du lac marin. Des études ont donc été menées pour mieux cerner les contours d’une telle opportunité de rentabilisation des lourds investissements réalisés. De ces études, il ressort, pour optimiser le projet, de : densifier le réseau d’épis en y construisant deux nouveaux épis ; réaliser les travaux d’assainissement de la berge jouxtant le site d’Akpakpa-Dodomè ; créer un lac marin dans la zone balnéaire de Donatin par la construction d’une digue immergée entre les musoirs de l’épi de Siafato et l’épi N°1 ; renforcer la réserve sédimentaire par dragage.

Le   décollage économique

Les travaux de protection de la côte à l’Est de Cotonou ont été lancés le 14 juillet 2017 et affichent un taux d’exécution physique et financière très satisfaisant.  Un reliquat de 3.934.764.130 FCfa se dégage sur le montant du contrat de base. Les ressources complémentaires pour effectuer ces travaux sont estimées à 15.832.255.860 FCfa que le ministre de l’Economie et des finances est autorisé à mettre en place.Selon un spécialiste,  la poursuite de ces travaux, ainsi que la recherche des sources de financement, démontre  l’intelligence de la réflexion prospective dont a fait preuve l’équipe gouvernementale pour avoir non seulement corrigé et mené à bien un projet. Résultat, la résolution d’un problème environnemental vient par-là d’être convertie en opportunité touristique et donc économique.Le Bénin est résolument engagé dans la modernité en se positionnant comme une terre d’accueil et d’investissements grâce à ces genres de travaux. Ce qui laisse augurer, les années à venir d’un  décollage économique du pays.

JPM