Spread the love

Logo PRDLes vendredi  1er et samedi 2 décembre 2017, le Parti du renouveau démocratique (Prd) a organisé son 4ème  congrès ordinaire. C’est dans les locaux du nouveau siège du parti sis à Iré Akari, que le président Adrien Houngbédji et la  direction exécutive nationale ont tenu  cette grande assise.

Il s’agit d’une séance de travail avec certains grands délégués du parti dont les élus à divers niveaux, ainsi que des cadres du parti. Les innovations qui ont été introduites dans les textes du parti à savoir les principes et les nouvelles exigences sur lesquels repose désormais le Prd.  C’est à un exercice d’explication que le président Adrien Houngbédji s’est livré pour mettre tous les délégués au même niveau de compréhension des nouveaux textes du parti. Ce qui retient le plus l’attention, c’est la création du Haut conseil des sages.  « Voyant ce qui se passe dans les autres partis où on traîne  des mésententes devant les tribunaux, nous avons voulu mettre le parti à l’abri des turbulences, des divisions internes et des dissolutions. Nous avons voulu sauvegarder les règles de  solidarité et de cohésion qui ont toujours gouverné notre parti depuis ses origines. C’est pourquoi, nous avons créé le Haut conseil des sages. Il s’agit d’un organe qui  sera composé d’hommes, de femmes et de jeunes d’expériences dans le parti, intègres, capables de se mettre au- dessus des passions, du clientélisme et du népotisme». C’est en ces termes que le président Adrien Houngbédji a dévoilé à l’assistance  l’une des  grandes innovations qui ont été introduites dans les textes du parti. Il devient l’instance suprême du parti après le congrès, puis qu’il coiffe même la Direction exécutive nationale (Den). Le Haut conseil  des sages a essentiellement deux compétences : aplanir les difficultés entre les responsables du parti. Désormais, tous les différends qui naitront au sein du parti doivent être portés devant cet organe qui se chargera de les gérer dans un esprit de consensus et de transparence.  Il assure la transition en cas de vacance  de la présidence du parti et convoque  le congrès pour désigner le remplaçant du président, le cas échéant. Par rapport à cette deuxième compétence attribuée à ce nouvel organe, le Haut conseil des sages  a pour attributions de conduire le parti en cas de démission ou de décès du président en exercice.

« Nous avons de la matière. Nous avons des valeurs »

Lorsque l’une des deux éventualités se présente dans la première moitié du mandat qui est désormais de quatre ans, le conseil assure l’intérim pendant soixante jours, délai au bout duquel, il prépare et convoque le congrès. Mais si cette éventualité se présente dans la deuxième moitié du mandat, le  Haut conseil des sages conduit les affaires du parti pendant tout le reste du mandat. Toutes les compétitions sont ouvertes devant la haute instance qui  les gère selon les instruments juridiques  et  une procédure de transparence dont les règles sont fixées par les  nouveaux textes du parti. Mais les inquiétudes  ne manquent pas et tournent  autour de la composition, du mode de désignation et de la qualité des membres devant  siéger au sein de cette instance du parti. Sur ces interrogations, le président du Parti du renouveau démocratique n’a pas fait la langue de bois : «C’est une nouvelle expérience que nous voulons faire, et ensemble je pense que nous y arriverons. Il y a des gens capables de remplir ces fonctions au sein du parti. Nous avons de la matière. Nous avons des valeurs. » Au regard de cette innovation, on pourra dire que le Prd fait preuve d’anticipation et d’adaptation aux contraintes et  nouvelles exigences auxquelles les partis politiques du Bénin font face aux lendemains des dernières joutes électorales.

AT