Spread the love

cour d'appelIls sont venus ensemble en gilet mais deux d’entre eux ont perdu le statut de prisonnier dès le prononcé du verdict du Président de la Cour Hubert Arsène Dadjo le mercredi 16 mai 2018. Sébastien Ahouandjinou et Justin Hinlidé ont été acquittés au bénéfice du doute. Leurs compères Florent Akpo, Séraphin Ahouandjinou et Félix Montcho ont écopé respectivement de 7 ans, 5 ans de réclusion et 2 ans d’emprisonnement ferme.

L’histoire part d’un fait à la limite banal, mais finit par un drame. Augustin Bossou a perdu la vie dans un scénario dont il est difficile d’appréhender les vrais desseins des acteurs. Pourtant, ils étaient de vrais amis. Que s’est-il vraiment passé ? C’était le samedi 21 janvier 2012 aux environs de 14 heures à Agbotagon dans la commune de Toffo. Ce jour d’ordinaire était justement un jour de réunion pour les membres de cette tontine qu’ils ont instaurée et qu’ils ont eux-mêmes dénommée « petit bar » sur la place publique. L’heure du rendez-vous a donc sonné et ils s’y sont, tous rendus. Au cours de la réunion, la victime, Augustin Bossou, a sorti une insanité qui,à son avis, était une vérité. En fait, il a déclaré que le nommé Sébastien Ahouandjinou, (membre de la tontine et un ami à la victime) était l’auteur de la grossesse que porte dame Gbétomé, épouse d’un homme de noblesse familiale. Tollé général ! L’assistance s’agite. Dans le lot, la personne en cause Sébastien Ahouandjinou ainsi que Félix Montcho, Florent Kakpo, Justin Hinlidé, Jules Aïzan et Mathias Houéssou auraient porté des coups de poing nourris à la victime. Après cette brève agitation, l’assistance a estimé que l’information est assez sérieuse et qu’il faille conduire l’intéressé Augustin au commissariat pour qu’il s’explique. La décision a été prise à l’unanimité.  Séraphin Ahouandjinou, conducteur de taxi-moto, a été désigné pour conduire Augustin au commissariat. Pour l’encadrer sur la moto, le plus jeune, mais aussi le plus corpulent du lot, Florent Kakpo, a été identifié. Augustin, sur insistance de l’assistance, a obtempéré et est monté sur la moto. Séraphin a démarré en trombe et pris la direction du Commissariat. Fin de l’histoire, pensait-on, mais en cours de route, les choses se sont passées autrement. Jusqu’à la fin de leur audition, l’assistance n’a pas réussi à comprendre ce qui s’est réellement passé, mais ce qui est établi est qu’Augustin a été retrouvé mort et abandonné. Selon les informations versées au dossier, Augustin aurait, en cours de route, résisté sur la moto conduite par Séraphin et tenté de les faire tomber. C’est alors que Séraphin et Florent se sont mis à le bastonner avant de l’abandonner sur les lieux. Evacué d’urgence à la clinique « Oasis » de Houègbo, il a rendu l’âme lors de son évacuation en direction de l’hôpital de zone d’Abomey-Calavi. S’agit-il d’un coup monté pour faire taire l’auteur de l’information ? Pourquoi aller au commissariat ? Quel intérêt Séraphin et Florent avaient-ils à rouer Augustin de coups ? Toutes les pistes ont été explorées au cours des auditions. Les questions ont été tournées dans tous les sens mais les accusés se sont réfugiés dans un déni sans appel. Les deux principaux personnages du « film » que sont Séraphin et Florent n’ont pas reconnu les faits. Ils ont même nié toutes les déclarations qu’ils ont eues à faire au cours des enquêtes préliminaires. « Je ne lui ai pas porté des coups. Au contraire, c’est lui qui m’a donné des coups de coude et je suis tombé de la moto. Je ne lui ai rien fait », affirmait sans relâche Florent. Les déclarations recoupées vont tous dans le même sens. Pas de coups portés à Augustin, pourtant mort s’en est suivie. Le Ministère public représenté par l’Avocat général Robert Dadaglo a requis 20 ans de travaux forcés à l’encontre de Florent et 15 ans pour les autres compères. Les avocats de la défense s’y sont opposés et ont plaidé l’acquittement. La Cour, dans sa décision, a condamné Florent Akpo et Séraphin Ahouandjinou à 7 et 5 ans de réclusion. Félix Montcho quant à lui a été condamné à 2 ans d’emprisonnement ferme et les deux autres ont été acquittés au bénéfice du doute.

 HA