Spread the love

justice5 ans de travaux forcés pour Désiré Zomaïglomey et acquittement pur et simple pour Eric Zomaïglomey et Etienne Tossa. La vérité à l’aune des débats à l’audience de ce lundi était difficile à appréhender. Les versions, 11 années après, sont décousues, enchevêtrées dans des redites, des refus et toute autre forme d’amalgames. Mais dans une confusion inextricable, la sagesse des juges et la perspicacité des avocats de la défense ont permis de démêler l’écheveau. Les faits remontent au 11 octobre 2004. Tout est parti du vol d’une chèvre et d’un coq. La victime Béatrice Houessouvo Zomaïglomey, suffisamment choquée par la dépossession brusque de ses biens, a menacé publiquement de confier l’auteur du vol au fétiche ‘’Gou’’, afin que la divinité lui rende justice. Mais quelques jours plus tard, le nommé Doyito Tossa que la victime soupçonnait est tombé malade. Un climat de suspicion s’instaure entre les deux familles (Zomaïglomey et Tossa) qui cherchaient le moment propice pour en découdre. Cela ne va pas tarder car, le 11 octobre précisément, une bataille rangée éclate entre les deux familles. Des blessés ont été enregistrés dans les deux camps, mais dans la foulée, la nommée Gbéhodé Missihoun Tossa, âgée de 60 ans à l’époque, a reçu un coup de machette au crâne et a succombé quelques instants après. L’enquête diligentée par la Brigarde a permis d’appréhender les nommés Désiré Zomaïglomey, Eric Zomaïglomey et Etienne Tossa. A la barre ce lundi, il a été difficile d’identifier l’auteur du coup fatal. Mais les témoignages ont permis de retenir la responsabilité du sieur Désiré Zomaïglomey.

 Hospice Alladayè