Spread the love

sceau de la justiceL’histoire d’hier jeudi 17 mai 2018 porte la marque de petites querelles juvéniles. Les auteurs, pour la plupart jeunes, étaient loin d’imaginer que leur acte pouvait donner la mort. Pourtant, c’est arrivé.

Tout est parti de petites dragues au quartier. Ce soir du vendredi 10 février au quartier Midombo à Akpakpa, Hervé Zinsounon, Noël et Yao Adjégan échangeaient lorsqu’ils ont aperçu la jeune fille Vicentia Tenontin. Un peu attiré par cette dernière, l’un d’entre eux l’interpella. La jeune fille s’y opposa, mais ils ont insisté en se portant vers elle. Se sentant menacée par la présence de ces trois gaillards, elle s’est mise à les supplier quand les frères du copain de Vicentia Prudence Yétonou et Maxime Hounton apprirent la nouvelle. Ils se sont portés vers eux et une petite bagarre se déclencha. Les passants ont réussi à les calmer dans un premier temps, mais une autre bagarre a repris de plus bel à quelques mètres de là. Dans un premier temps, Maxime et Prudence se sont saisis de bois de chauffe. Les deux frères Adjégan ont réussi à le leur arracher et se sont pris à Prudence. Ils lui ont assené plusieurs coups et l’ont abandonné dans un état critique. Conduit à l’hôpital, il a rendu l’âme le lendemain. A la barre hier, les deux frères Adjégan ont presque nié les faits. L’un d’entre eux, en l’occurrence le sieur Yao, a reconnu s’être bagarré mais n’a pas avoué avoir porté des coups à Prudence. Au cours de sa déposition, un témoin des faits a affirmé avoir aperçu du haut de son balcon des jeunes hommes en train de porter des coups. « J’avais pensé un instant que ce sont des gamins qui essayaient de tuer un rat à l’aide d’un bâton », laissait transparaître  la déposition du témoin lue à l’audience. Hervé Zinsounon, quant à lui, a fait savoir qu’il n’a pas pris part à ‘’l’abattage’’ et qu’il est resté à l’écart. Dans sa réquisition, le Ministère public représenté par l’Avocat général Virgile Kpomanlegni a établi l’infraction de coups mortels à l’égard des frères Adjégan. Pour le Ministère public, les éléments constitutifs de l’infraction sont réunis avec la circonstance que les coups portés et les blessures faites l’ont été sans intention de donner la mort. Pour la défense, l’infraction n’est pas constituée. Me Robert Hounkpatin a plaidé la légitime défense. Prudence et Maxime affirme-t-il, étaient intervenus dans l’esprit d’agresser leur vis-à-vis qui étaient dans l’obligation de répliquer. « Tout s’est déroulé dans une confusion telle qu’il était difficile de savoir ce qui s’est réellement passé. Ce qui est clair dans le dossier, est que mon client s‘est senti agressé et a été obligé de répliquer », a-t-il laissé entendre. Il a également plaidé la contrainte et l’excuse de provocation. Les trois avocats de la défense ont dans l’ensemble, refusé d’admettre l’infraction de coups mortels et plaidé l’acquittement pur et simple de leurs clients. La Cour, dans son verdict, a acquitté Hervé au bénéfice du doute. Quant aux frères Adjégan,elle les a condamnés à 7 ans de travaux forcés. En détention depuis février 2012, ils doivent séjourner encore quelques mois derrière les fers.

 HA