Spread the love
Le ministre Sonon n'a pas pu taire les divergences
Le ministre Sonon n’a pas pu taire les divergences

Démarrés il y a une semaine, avec la présence des représentants de toutes les composantes politiques, les travaux du comité préparatoire du dialogue politique se sont poursuivis hier lundi 29 décembre 2014. Au terme de plusieurs heures de discussions, la rencontre a été, à nouveau, suspendue pour reprendre le mercredi 31 décembre 2014.

Les échanges à la rencontre d’hier ont surtout achoppé sur la question des préalables. Le premier point ayant mobilisé les interventions, toute la matinée, se trouve être la question d’accès aux médias de service public. C’est une préoccupation soulevée par le Prd, la Rb, et la Plate-forme. Pour le gouvernement et les représentants des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), l’accès aux médias de service public est une question fondamentale qui doit être inscrite parmi les points à l’ordre du jour du dialogue politique proprement dit. Egalement, l’accès aux médias privés doit être abordé.

Le président du comité préparatoire, le ministre chargé des relations avec les Institutions, a rappelé le contexte dans lequel le comité a été mis en place. Ce contexte se réfère notamment à l’absence d’un cadre formel de dialogue politique, aux dispositions du nouveau code électoral et aux dispositions du protocole additionnel de la Cedeao qui recommandent le ‘’consensus’’ avant de modifier des dispositions électorales dans les 6 mois avant les élections. C’est en se fondant sur ces différentes prescriptions et en tenant compte de la question la plus préoccupante de l’heure qu’est l’organisation des élections que le comité a été mis en place et composé essentiellement des représentants des partis politiques. Le président du comité a également rappelé que le comité n’est ni représentatif, ni compétent pour connaître de toutes les préoccupations. Sinon, a-t-il poursuivi, on aurait dû adjoindre d’autres membres du gouvernement, des syndicats, des membres de la société civile et des représentants du secteur privé.

Toutefois, le ministre a rassuré que le comité veillera à compiler les différentes préoccupations et aura à en dégager celles qui vont faire l’objet de consensus. Quant aux préoccupations qui n’auront pas fait l’unanimité au cours des travaux du comité, elles seront portées au dialogue politique pour être débattues. A ces occasions, rassure toujours le président du comité, les ministres compétents pourront être amenés à présenter et à donner des approches de solutions.

Il faut préciser, par ailleurs, que les travaux se sont toujours déroulés en toute convivialité. Cependant, ils ont été suspendus dans l’après-midi de ce lundi, à la demande de certains représentants de l’opposition. Les auteurs de cette suspension ont estimé que le message du chef de l’Etat devant l’Assemblée nationale, ce mardi 30 décembre 2014 pourrait apporter de nouveaux éléments qui pourront être être utiles aux travaux du comité, dans un sens comme dans l’autre. Toute l’assistance a accédé à cette requête qui a conduit à la fin des travaux qui reprendront le mercredi 31 décembre 2014.

 AT