Spread the love

Trafiquant-ivoireLa Direction centrale de la Police judiciaire et l’administration forestière ont encore fait une prouesse. Avec le soutien technique du programme Appui à l’application des lois sur la faune et la flore au Bénin (Aalf-Bénin), elles ont arrêté 2 présumés trafiquants le lundi 30 octobre 2017 dans un hôtel à Cotonou, précisément dans la zone d’Agontikon. Ces criminels fauniques se sont rendus sur les lieux pour finaliser la vente de 2 pointes d’ivoire qu’ils détenaient. Ces défenses, il faut le souligner, ont été préalablement arrachées à un éléphant abattu pour alimenter ce commerce illicite de produits de faune. L’éléphant étant une espèce intégralement protégée, toute personne qui circule avec des produits issus de cet animal sauvage sans le permis requis est en infraction. Plusieurs articles de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin, définissent clairement les peines que courent ceux qui détiennent des trophées de ce pachyderme. Ces deux présumés trafiquants étant pris en flagrant d’élit de commercialisation, dès que leur culpabilité sera établie, vont subir la rigueur de la loi suscitée conformément aux articles 153, 154 de la loi suscitée. L’article 154 par exemple punit « d’une amende de 300 000 à 800 000F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans quiconque importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis ». Ces présumés trafiquants seront présentés au procureur de la République qui décidera de leur sort. Ils seront par la suite punis conformément aux dispositions juridiques en vigueur au Bénin.

SA