Spread the love
lafia2
Sacca Lafia a usé de son pouvoir réglementaire pour radier les mis en cause

Ils sont conviés à sortir des rangs. 27 policiers et gendarmes en conflit avec la transparence dans le cadre de la gestion des fonds additionnels sont radiés. Ainsi en a décidé le Conseil des ministres d’hier mercredi 2 mai 2018 en a fait une large part.

Ils n’ont pas pu gérer avec décence les fonds mis à leur disposition et l’autorité a décidé de les sanctionner. Les 27 policiers et gendarmes seront obligés sous peu, de dire adieu à leur profession. Qu’est-ce qu’ils ont fait pour mériter ce soit ? En réalité, c’est dans le cadre du renforcement du dispositif sécuritaire que le Gouvernement a mis à la disposition des unités opérationnelles de l’ex-Police nationale et de l’ex-Gendarmerie Nationale, des fonds additionnels. Ces fonds destinés aux unités territoriales ont été remis directement aux chefs d’unité avec des consignes fermes et des procédures précises en vue de leur bon usage.  Les consignes ont été fermes, mais les 27 responsables ne les ont visiblement pas suivies. Malgré toutes ces dispositions, les contrôles effectués ont décelé des irrégularités graves dans la gestion desdits fonds. Il a été constaté que certains responsables d’unité ont détourné à des fins autres que leurs destinations initiales. On réalise donc qu’il y a problème, vu que le policier et le gendarme qui doivent donner l’exemple sont en conflit avec la transparence. La décision s’inscrit donc dans la logique de donner l’exemple. Le régime du Nouveau Départ rappelle  chaque fois son attachement à la transparence et à la bonne gouvernance. Il n’hésite pas à chaque fois de montrer la voie de la bonne gouvernance. La lutte contre l’impunité a définitivement pris corps avec le régime du Président Patrice Talon. La Police et la Gendarmerie n’échappent pas à cette lutte implacable enclenchée par le régime actuel. Ce model qu’il imprime est en train de prendre corps avec plus de transparence dans la gestion des finances publiques.

AT