Spread the love
policeSix individus dont une femme ayant l’art d’escroquer les paisibles populations ont été appréhendées par la police la semaine dernière et présentés au procureur de la République. Leur forfait, c’est d’avoir escroqué des milliers d’euros à une Européenne.
Les suspectant, dès les enquêtes préliminaires, d’avoir enlevé un Européen, la Direction centrale de la police judiciaire s’est rendue compte qu’en réalité les 06 prévenus d’origine béninoise n’étaient rien d’autre que des escrocs qui, par des procédés peu orthodoxes, réussissaient à dépouiller leurs victimes de leurs ressources financières. Selon nos recoupements, il s’agit d’un réseau de six individus qui ont réussi à soutirer 3.200 euros à leur victime. Dans leur mode opératoire, un membre du réseau qui s’est fait passer pour un Blanc à la recherche d’une âme-sœur (épouse), a créé un faux profil sur un site de rencontres et a ciblé la victime. Au fil des jours, le faux profil faisait comprendre à la victime qu’il est en mission au Bénin et comme la mission se prolongeait, qu’il n’a plus les moyens de se payer les frais d’hôtel. Sur le coup, la victime qui pensait avoir déjà trouvé un mari, ne s’est pas fait prier pour envoyer de l’argent à son supposé mari virtuel. C’est ainsi que, de combine en combine, ces escrocs ont commencé par réclamer de plus en plus d’argent à leur ‘’pigeon’’. Au bout d’un certain temps, ces cybercriminels ont décidé d’avoir plus gros que les centaines d’euros qu’ils soutiraient à la dame. Dans ce dessein, un membre du réseau s’est fait passer pour un commissaire de police et a appelé la victime. Au bout du fil, il expliquait à cette dernière qu’un ressortissant européen séjournant au Bénin a commis une fraude douanière et a été arrêté. Et qu’au cours de son audition, l’expatrié a donné son nom comme personne à contacter en cas d’urgence. Il lui a été demandé d’envoyer plusieurs milliers d’euros pour sauver son mari virtuel de cette situation. Prise de panique et n’ayant aucune précision sur le lieu de détention du supposé Européen, la dame a fini par croire à un enlèvement de son mari retrouvé sur le net. Elle s’est donc référée aux services compétents de son pays d’origine pour signaler un cas d’enlèvement. Face à la gravité des explications qu’elle leur a fournies, ceux-ci ont saisi les autorités béninoises pour la libération de leur ressortissant. Une enquête a été diligentée, et les conclusions ont révélé qu’il s’agissait purement et simplement d’un cas d’escroquerie.
 
Joël Samson Bossou