Spread the love
wadagni
La cohérence des structures sous tutelle du ministre de l’économie préoccupe Wadagni

Le Gouvernement, à l’issue du Conseil des ministres du mercredi 18 avril 2018, a décidé de réformer le Comité Produit intérieur brut-Tableau des opérations financières de l’Etat afin de l’adapter aux exigences actuelles.

Le Comité Produit intérieur brut-Tableau des opérations financières de l’Etat, est un organisme qui existait il y a plus de 15 ans. Son rôle est d’assurer la cohérence des informations à caractère économique et financier fournies par divers services publics. D’autres proviennent des stratégies sectorielles et politiques économiques, à mettre en synergie avec le programme d’investissements publics. Il est nécessaire aujourd’hui de réformer ce comité pour de nouvelles missions afin qu’il tienne compte des changements intervenus dans l’environnement institutionnel et dans l’organisation administrative des ministères. Egalement, il urge de le dynamiser par l’élargissement de son champ d’action pour y intégrer de façon précise les questions relatives au cadrage macroéconomique et aux statistiques des finances publiques. La réforme passe par la modification du décret n° 99-223 du 04 mai 1999 portant création, attributions, composition et fonctionnement du Comité produit intérieur brut-Tableau des opérations financières de l’Etat (Pib-Tofe). Ce faisant, le nouveau décret transforme cet organisme en Comité Produit intérieur brut-Tableau des opérations financières de l’Etat – Cadrage macroéconomique (Pib-Tofe-Cm). Ledit Comité, présidé par le ministre chargé des finances, procèdera à l’examen et à la validation des travaux techniques effectués par les sous-comités techniques avant leur publication. De même, les travaux relatifs aux statistiques de finances publiques, aux statistiques du secteur réel, à l’analyse conjoncturelle ainsi qu’au cadrage macroéconomique et budgétaire, seront également soumis à validation. Cette réforme exige la validation formelle des données économiques et financières avant leur publication. Cela permettra de disposer de données complètes et fiables pour exploitation. C’est aussi un acte de modernisation de nos instruments de statistiques et données économiques sur le pays.

 Donald Kévin Gayet

(Stag)