Spread the love
Charles Toko
Charles Toko, maire de la municipalité de Parakou

A l’issue de la dernière rencontre entre les responsables syndicaux des conducteurs de taxis-moto, et le Conseil municipal de la ville de Parakou, il a été décidé de mettre en œuvre de  nouvelles réformes, afin d’assainir  le secteur, et garantir une meilleure sécurité aux usagers.

Depuis le 23 octobre 2017, a démarré le processus devant aboutir à l’assainissement du secteur des taxis-motos dans le cadre de la sécurité des personnes et des biens dans la Commune de Parakou. Il s’agit, selon le 3ème adjoint au maire, Judicaël Houndin, de faire changer les mauvaises habitudes. Le programme va s’étaler sur un mois. Suivra ensuite la phase de signatures de contrats d’agréments avec les syndicats de conducteurs de taxis motos. C’est pour cette raison qu’il a invité  tous les mouvements syndicaux désireux de se faire agréer auprès de la Mairie de Parakou à remplir les formalités. Du mercredi 1er novembre au mardi 14 novembre 2017, suivra, selon l’autorité municipale, la phase du dépôt des dossiers d’inscription des conducteurs de taxis motos. Dans cette opération, précise Judicaël Houndin, ce sont les représentants des syndicats qui représentent l’interface entre les conducteurs de taxis motos et la municipalité. Aucun conducteur ne pourra donc s’adresser directement à la mairie de Parakou, si ce n’est à travers le syndicat agréé auquel il est affilié. La Mairie vient ainsi de déléguer une partie de son pouvoir aux syndicats pour la gestion de la corporation. Il a également fait savoir que du mercredi 15 au jeudi 30 novembre démarreront, les phases de traitement et d’enrôlement des dossiers,  ainsi que la remise des nouveaux kits aux conducteurs de taxi moto. Ce qui sera suivi de l’établissement des cartes professionnelles. Judicaël Houndin a, par ailleurs,  indiqué que ces réformes entrent en vigueur à compter du 1er décembre prochain. La répression par la Police nationale et les agents assermentés de la Mairie commenceront le 10 décembre 2017. Il a fait savoir qu’un tissu imprimé aux couleurs de la commune, sera mis à disposition. « Tous les éléments entrants dans la mise en œuvre de la réforme sont déjà prêts », rassure- t-il. L’objectif de la Marie de Parakou étant de parvenir à une corporation responsable.

 D’autres nouvelles règles à respecter

 Tout conducteur de taxi moto aura donc une carte professionnelle, contenant toutes les informations relatives à son identification facile par la population. Ainsi, affirme-t-il, n’importe qui ne pourra plus exercer cette profession. Conformément aux conditions actuelles, dit Judicaël Houndin, pour être Zémidjan dans la Commune de Parakou. Il faut être de nationalité béninoise, être âgé  de 20 ans au moins, résider et être connu dans l’un des quartiers de la ville, savoir bien conduire et posséder une attestation du Centre national de sécurité routière (Cnsr), être membre d’un syndicat de conducteurs de Zémidjan autorisé par la mairie et être à jour vis-à-vis du syndicat (autorisation du syndicat sur la liste des inscrits) et payer une somme de 25 000 FCfa couvrant tous les frais de la réforme y compris le droit taxi de l’année 2018. Pour les étrangers, le postulant doit présenter en plus de sa pièce d’identité, une carte de séjour. Le droit pour ce dernier est fixé à 40 000 FCfa, fait savoir également un communiqué rendu public à cet effet.

Hervé M. Yotto

(Br Borgou-Alibori)