Spread the love
justice audienceSa cible n’a pas pu être atteinte, mais il continue de payer pour son acte. Inculpé pour tentative d’assassinat, l’accusé d’hier Basile Zizié écope d’une peine de 5 ans d’emprisonnement. Les faits remontent au 27 juin 2013 à Gbèzouhoué dans la commune de Kpomassè. Tout est parti d’une absence suspecte de la femme de son frère, Sunday Zizié, du domicile conjugal. En effet celui-ci l’ayant cherchée en vain, a commencé par soupçonner son entourage, en l’occurrence son frère consanguin Basile d’être l’auteur ou le complice de  ce ‘’rapt’’ voilé. De retour  d’une cérémonie funèbre le samedi 29 juin, il se mit à proférer des menaces contre ceux qui selon lui, seraient les instigateurs de cette disparition curieuse de son épouse. Face à la persistance des injures et insinuations, Basile Zizié, le frère en question et l’accusé d’hier, est sorti de sa réserve. Une altercation chaude ainsi que des empoignades virils ont suivi. Fort heureusement, ils ont pu être séparés, mais Basile n’a pas totalement digéré l’affront. Il rentra dans sa case, se saisit de son fusil artisanal  et le pointa sur la case de son frère. L’objectif comme on pouvait s’en douter était de l’achever. Il est d’ailleurs allé au bout de son intention puisqu’il a tiré à bout portant sur la case à une pièce qui abritait Sunday qui en plus de son manque d’affection devrait subir le trépas forcé.  Dieu certainement était avec lui puisqu’au moment où Basile commettait son forfait, Sunday n’état pas dans la case. Poursuivi pour tentative d’assassinat et détention illégale de fusil de traite, il a reconnu les faits à toutes les étapes de la procédure. Devant la Cour mercredi, Basile le physique apparemment frêle et l’air innocent n’avait de mot que la clémence. Son avocat a plaidé coupable et sollicité une peine raisonnable. Au terme des débats, la Cour a retenu   5 ans d’emprisonnement. Encore un peu de temps, et il goûtera aux délices de la liberté. La Cour est composée de Jules Chabi Mouka (Président), Olivia Houngbo-Kploka, Lionel Dossou Nouatin (Assesseurs), Parfait Adoun (Ministère Public) et Théogène Zounchékon (Greffier).
HA