Spread the love
Région de Houndé. Récolte du Coton.
L’or blanc a de beaux jours devant lui

Le pont avait été coupé entre l’Association interprofessionnelle de coton et les chercheurs du Centre de recherches agricoles coton et fibres (Cra-Cf) de l’Institut national des recherches agricoles du Bénin (Inrab). Mais grâce à l’atelier bilan et de planification des activités de la recherche cotonnière qui a pris fin à Dassa-Zoumè, le vendredi 21 avril 2017, le contact est désormais renoué pour booster la production de l’or blanc les campagnes à venir.

La rencontre de haut niveau consacrée au bilan des 4 dernières campagnes et la planification des activités de la recherche sur les trois prochaines années a atteint ses objectifs. Organisée à Dassa-Zoumè du 19b au 21 avril 2017, elle a permis non seulement de jeter les nouvelles bases  à travers un programme triennal pour une meilleure visibilité, mais aussi elle a rétabli le pont  entre chercheurs et utilisateurs des résultats de recherches dans une synergie d’action en vue d’accroître la productivité du coton durant les campagnes prochaines. A la cérémonie de clôture, le maire de la ville hôte, Nicaise Kotchami Fagnon, en est convaincu. Pour avoir occupé plusieurs postes de responsabilités dans le système de gestion du coton, il a compris les enjeux de cette rencontre de Dassa-Zoumè qui a réuni producteurs, égreneurs, chercheurs, filateurs, universitaires, Ong, Maep, Institutions internationales de recherche et l’Association interprofessionnelle de coton (Aic). Il a remercié les organisateurs pour l’avoir initié tout en  attirant  leur attention sur la prise en compte des recommandations et le financement de la recherche. En procédant à la clôture de cet atelier de trois jours, le Secrétaire permanent de l’Aic, Narcisse Djègui n’a pas aussi caché ses sentiments de  satisfaction vis-à-vis des participants pour le sérieux observé durant leur séjour au pays des 41 collines. Pour lui, c’est une fierté parce que l’enthousiasme et l’engagement qui ont caractérisé les travaux prouvent que son institution ne s’est pas trompée en initiant une telle rencontre en collaboration avec le Cra-Cf et l’Inrab.  De ce fait, il a pris la résolution de poursuivre dans cette même dynamique en vue de redorer le blason de l’or blanc. Ahoyo Adjovi Victor, le  Dga/Inrab, a aussi rassuré l’Aic quant à la contribution de l’Inrab à l’atteinte des objectifs fixés. A sa suite, Tamou Gani Barou, président de l’Association nationale des producteurs de coton, et plusieurs d’autres responsables d’associations invitées ont,  à travers des motions lues publiquement, reconnu la pertinence de l’atelier dont l’organisation a été pour eux une parfaite réussite. Au nom de leurs pairs, ils se sont engagés à accompagner la politique cotonnière du gouvernement à travers l’Aic et à mettre en application les recommandations des chercheurs en vue d’atteindre 600 mille tonnes de coton lors des prochaines campagnes.     
 Des recommandations pertinentes 
 Cet atelier bilan et de planification des activités de la recherche cotonnière a accouché des recommandations pertinentes formulées aussi bien à l’endroit de l’Etat, qu’à l’endroit de l’Association interprofessionnelle de coton (Aic). Les participants à cette rencontre ont suggéré  à l’Etat, la mise  en place à temps des engrais (Npk et Urée) et les herbicides pour les vivriers (Maïs, riz, etc.),  la mise en place et le  fonctionnement de  l’observatoire dédié au suivi périodique de la fertilité des sols. Ils l’ont également invité à  jouer pleinement le rôle régalien de surveillance et de répression en matière d’introduction frauduleuse et massive d’engrais et de pesticides (Dpv/Maep), à doter les nouvelles structures d’encadrement (Agences et Ddaep) des ressources humaines, matérielles et financières adéquates pour un meilleur fonctionnement. De même, il est convié à  initier des programmes de recherche pour la recommandation aux producteurs d’itinéraires techniques (variétés / densité-période de semis, irrigation, utilisation de matières organiques etc.) pour mieux répondre à la dégradation de la fertilité des sols et  la résilience/atténuation/adaptation aux changements  climatiques, à renforcer le partenariat institutionnel pour améliorer les performances de la recherche et de doter le Cra-Cf des ressources humaines, matérielles et financières nécessaires  pour lui permettre de s’acquitter au mieux de ses missions. A l’endroit de l’Aic, ils ont souhaité la mise en place en quantité et en  qualité requise des intrants nécessaires  pour le coton (semences, engrais, herbicides, insecticides, appareils de traitements), à veiller à la mise en place à temps des intrants vivriers au titre de la campagne 2017-2018. Ceci, vu que la première saison a d’ores et déjà  démarré dans plusieurs départements.  Egalement, ils sont favorables à la mise en place d’un partenariat Aic-Asecna-Radios  locales pour la diffusion des informations météorologiques assorties de recommandations aux producteurs.
 Zéphirin Toasségnitché
(Br Zou-Collines)