Spread the love

Amazones UnLes femmes de l’Union fait la nation (Un) ne comptent pas rester en marge de la réforme du système partisan enclenchée par le président de la République. Elles ont organisé, samedi 25 août 2018 à Azalaï hôtel, un atelier de formation sur les nouvelles réformes introduites dans les lois votées.

Elles refusent désormais de jouer les seconds rôles. Les femmes de l’Union fait la nation (Un) se mobilisent pour accompagner les réformes initiées par le président Patrice Talon en vue d’assainir le système partisan au Bénin. C’est ce qui justifie l’atelier de formation initié par la Ligue des femmes de l’Union fait la nation samedi dernier. Placé sous le thème « Les enjeux de la réforme du système partisan et le défi de la représentation des femmes dans les instances de prise de décisions », ce conclave a été ouvert par l’honorable Louis Vlavonou. Dans son adresse, l’élu du peuple s’est réjoui de l’engagement des femmes du parti. C’est depuis 2008, a-t-il dit, que l’Union fait la nation a commencé ce cheminement. « Je constate aujourd’hui que le grain de sel qui manquait pour l’aboutissement des idéaux de l’Un vient d’arriver dans la sauce : l’engagement des femmes », a-t-il souligné. Déplorant au passage le non-aboutissement des amendements pour constitutionnaliser la représentation féminine dans les instances de prise de décisions du fait de la minorité de blocage, il a invité les femmes à saisir l’opportunité de la révision du Code électoral aux fins de faire des propositions. « A partir de cette proposition de loi, vous pouvez faire des amendements pour qu’on puisse trouver les mécanismes en vue d’encourager les partis qui auront positionné assez de femmes », leur a-t-il suggéré. Également présente à cette session, la ministre des Affaires sociales et de la microfinance, Bintou Adam Taro, a exhorté ses pairs au courage. La politique, a-t-elle martelé, n’est pas une tasse de thé sucré qu’on boit d’un trait. Sur le parcours, on rencontre aussi bien des embûches que de choses intéressantes, mais beaucoup plus d’embûches. « Je voudrais demander à chacune d’entre vous d’être courageuse, de persévérer dans ce que vous avez comme conviction. Car il ne sert à rien d’aller à gauche et d’aller à droite », a-t-elle insisté. Pour finir, elle les a mandatées d’aller sensibiliser les femmes à adhérer aux idéaux de l’Union fait la nation qui fait de la promotion du genre son cheval de bataille. La représentante des femmes de l’Un, Dr Sèdami Médégan Fagla, quant à elle, a invité ses camarades militantes à s’informer sur les enjeux du système partisan en vue de faire des recommandations pertinentes pour que la représentation des femmes dans les instances de prise de décisions soit une réalité.

 Le soutien de Antoine Idji Kolawolé

 Après la phase protocolaire de lancement de l’atelier, les participantes ont été entretenues sur les mécanismes d’amélioration de la représentativité des femmes dans des regroupements de partis politiques. Cette communication a été assurée par Sèdami Médégan Fagla et Véronique Mewanou. Dans leur développement, les formatrices ont insisté sur le faible taux de représentativité féminine qui, au niveau local, est de 3,9%, 8,4% au niveau législatif et 18,2% au niveau exécutif. « Un nouveau partenariat fondé sur l’égalité des femmes et des hommes est indispensable si l’on veut parvenir à un développement durable », ont-elles souligné pour faire toucher du doigt l’urgence de réformer le système partisan béninois. Et pour parvenir à cette fin, elles peuvent compter sur le bureau politique de l’Union fait la nation. Clôturant cette randonnée d’échanges, le président par intérim, Antoine Idji Kolawolé, a réaffirmé l’engagement de l’Un à promouvoir la gent féminine. Selon lui, c’est une très bonne chose qu’elles commencent par s’organiser et donner de la voix sur les questions touchant à la gouvernance du pays. C’est pourquoi il a adressé ses félicitations à la Ligue des femmes de l’Un qui, de par ses actions, prouve qu’elle est un creuset d’échanges destiné à aider le parti pour des victoires probantes.

 AT