Spread the love
gildas-a
Gildas Aïzannon est pour une presse au service du développement local

Dans le cadre de la célébration de la 24ème journée internationale de la liberté de presse, le Chargé de mission du maire de Parakou était, mercredi 3 mai 2017, face aux professionnels des médias intervenant dans la localité. Gildas Oloushégun Aïzannon a invité les journalistes à s’engager pour une presse au service du développement local.
Selon Gildas Aïzannon, le développement local sous-entend tous les domaines prioritaires qui concourent au bien-être des populations à la base. Il a évoqué les questions ayant trait à la santé des populations, l’éducation, la culture, le sport, la démocratie à la base, la bonne gouvernance et autres. Pour le chargé de mission du maire Charles Toko, toutes ces questions qui impactent le vécu des populations se résument sous le vocable ‘’de développement local’’. « Il n’y a pas de développement local sans acteurs locaux que nous sommes», dira l’homme politique. Il a précisé qu’en dehors de plusieurs catégories d’acteurs qui interviennent dans le développement local, il y a aussi la presse qui joue le rôle de communication dans le monde pour éduquer, mais aussi pour informer. Pour lui, dans un contexte de décentralisation il est impérieux qu’il y ait une étroite collaboration entre les acteurs qui gouvernent et les hommes des médias. « Les changements de comportement que nous espérons au niveau des populations ne sont pas possibles sans un minimum d’éducation et nous sommes d’accord que l’éducation ne se limite guère à l’école, vu qu’une frange de notre population est analphabète », a-t-il déclaré. Il a indiqué que la presse est un canal puissant pour adresser des messages entrant dans le cadre du développement local. Egalement, il  a souhaité que tous les acteurs  travaillent avec la presse pour qu’elle soit au-devant de l’information des questions majeures de développement. Pour cette démarche, il exhorte les acteurs de  la presse à se démarquer des agissements peu catholiques du politique et l’amener sur le droit chemin.

Alexis Ogoubi
(Stag Borgou-Alibori)