Spread the love
rentréeLa Con fédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb) a fait une sortie hier mercredi 06 septembre 2017 pour mettre en garde le gouvernement sur la non-satisfaction de leurs revendications. C’est au cours d’une conférence de presse  qui a eu lieu à la Bourse du travail.
La Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb) appelle le gouvernement à une prompte réaction pour une rentrée académique 2017-2018 apaisée. Selon le Secrétaire exécutif national de la Cgtb, Moudassirou Bachabi, le gouvernement n’a pas réagi quant aux revendications qui lui ont été adressées le 29 août 2016 pour une stabilité du secteur éducatif au cours de l’année académique 2016-2017. « Mais force est de constater que depuis ce temps, le gouvernement n’a pas répondu jusqu’à ce jour », a-t-il déclaré. Au nombre de ces revendications, on peut citer le recrutement massif des enseignants dans le secteur maternel, primaire secondaire et supérieur, l’accélération du reclassement des enseignants du primaire et du secondaire Ace, Ape, titulaire du Cap, Bapes et/ou Capes, la formation et la sédentarisation des enseignants vacataires, l’achèvement de la formation des reversés, des cohortes 2,3,4,5,6 et leur reclassement, la reconstitution de la carrière des enseignants du primaire titulaire du Bac et celle des instituteurs adjoints stagiaires promotion 1984 de l’arrêté 938 et aditif etc. Pour le Secrétaire général de la Cgtb, Madjidi Sabirou, le gouvernement fuit ses responsabilités pour ensuite rejeter le tort sur les enseignants. « L’année scolaire 2016-2017 serait ce qu’ils auront voulu », a-t-il déclaré. Il profite de la même occasion pour exhorter les enseignants à s’unir pour le combat et à travailler pour des enseignements de qualité.
 
Donald Kévin Gayet
(Stag)