Spread the love

justice 2018L’accusé à la barre pour le compte du troisième dossier de viol de la session supplémentaire  d’assises a nom Gilbert Adangnihoudé. Il est appelé à exposer les raisons des relations intimes constantes et permanentes qu’il a entretenues avec sa fille âgée de 14 ans au moment des faits. Sa longue déposition n’a pas permis de le tirer d’affaires. Pour les faits, Gilbert courant 2010-2011 a décidé d’entretenir plusieurs relations sexuelles avec sa fille, la nommée A.N. De cette partie sexuelle entre l’adolescente et son géniteur, une grossesse est survenue. L’information n’a pas tardé à arpenter les trottoirs et le coup du père géniteur de son petit-fils est dévoilé. Interpellé et inculpé de viol aggravé sur mineur, il n’a pas nié les faits, mais a indiqué que les relations sexuelles ont été véritablement consentantes. A la barre, les débats se sont déroulés à huis clos, mais les fuites laissent échapper un aveu de l’accusé. A la barre, il a déclaré qu’il n’a pas poussé la fille à avorter et qu’il a agi en responsable. Le Ministère public, apparemment ulcéré, a corsé la note et requis 7 ans de travaux forcés. Au terme des débats, la cour a déclaré l’infraction de viol constituée en tous ses éléments avec des circonstances aggravantes liées aux relations entre l’accusé et la victime. Elle l’a condamné  à 7 ans de travaux forcés.

 

HA