Spread the love

sceau de la justiceLe grand bal des scénarios d’atteinte aux mœurs se poursuit à la Cour d’appel de Cotonou. Le fautif appelé à s’expliquer hier jeudi 26 avril 2018 se nomme Landry Adjovi. Le verdict du juge le condamne à 10 ans de travaux forcés. Les faits remontent au 20 juin 2013 au complexe scolaire catholique Père Planque. Ce jour était organisée la fête de fin d’année pour les écoliers du complexe. Pour assurer la sécurité des lieux, les responsables du complexe ont sollicité le service des jeunes scouts. C’était sans doute une option pour éviter les dégâts. Dans le lot des jeunes, il y a l’accusé d’hier. Pendant que la fête était à son pic et que les petits gambadaient, Landrya fait appel à la nommée S.m.c., écolière âgée de 5 ans au moment des faits. Il l’a conduit tout doucement dans l’une des salles de classe à l’étage puis ferma la porte. Il a tenté de passer à l’acte quand la petite fille s’est mise à crier le forçant à la relâcher. La situation est devenue intenable pour le bourreau qui s’empressa de rebiffer. Comme le malheur n’arrive jamais seul, il a, par mégarde, lâché le liquide sur la victime. Pris pratiquement en flagrant délit et interpellé à toutes les étapes de la procédure, il a reconnu les faits. Les débats déroulés à huis clos en présence de la victime accompagnée de ses parents ont permis certainement de faire la chapelle des hommes en toge. Le Ministère public représenté par le Procureur de la République,Gilbert Togbonon, a requis 10 ans d’emprisonnement ferme. La défense a plaidé coupable et demandé à condamner son client à 5 années d’emprisonnement ferme. Au terme des débats, la Présidente  Eliane Anasthasie Noutaïs Guézoa condamné l’accusé à 10 ans de travaux forcés.

 

HA