Spread the love

L'Uac forme 2000 jeunes au leadership  avec l'appui de l'ambassade des Usa au Bénin

La crise à l’Université d’Abomey-Calavi n’est visiblement pas faite pour finir de si tôt. Au sortir de la rencontre tenue par le Vice-premier ministre, François Abiola, avec les deux parties, le recteur Brice Sinsin a pris un arrêté qui ne requiert par l’adhésion des responsables syndicaux. Une autre rencontre est prévue pour ce jour entre le ministre et les étudiants.

L’arrêté pris par le recteur Brice Sinsin rétablit-il la session de rattrapage à la Flash tel que souhaité par les étudiants ? A-t-elle été pris de concert avec ces apprenants ? Le Président de l’Union nationale des étudiants du Bénin (Uneb), Fidèle Bokossa, répond par la négative. Pour lui, l’autorité rectorale n’a fait que confirmer sa logique solitaire. En effet, au cours de la rencontre du mercredi, affirme t-il, le Vice premier ministre a laissé les deux parties faire des propositions pour une sortie de crise. Les étudiants, comme on pouvait s’en douter, ont souhaité l’organisation des sessions de rattrapage pour début août. « Nous avons proposé qu’on poursuive les cours jusqu’à fin juillet et qu’on organise la session de rattrapage début août. Mais, le recteur a affirmé qu’il n’y a pas d’amphis. Nous lui avions dit qu’à la Flash, il n’y a jamais eu d’amphis suffisants pour organiser les examens. Le décanat a toujours trouvé des formules pour nous faire composer dans les collèges environnants », a-t-il déclaré. Le rectorat, au cours de la séance, souligne l’étudiant, a proposé l’organisation des enseignements et de la session de rattrapage de septembre à novembre 2015. Cette proposition n’a pas été acceptée par le camp d’en face. Et, les deux parties se sont séparées pratiquement dos à dos. Mais, la suite, argumente les étudiants, c’est l’arrêté rectoral. « On a pratiquement rien arrêté au cours de la rencontre avec le Ministre d’Etat puisqu’on n’était pas parvenu à s’entendre sur l’essentiel. Mais, à notre grande surprise, le recteur a sorti un arrêté laissant croire qu’il rétablit la session de rattrapage. Cet arrêté ne nous engage pas, puisqu’il traduit, trait pour trait, la position du recteur au cours de la rencontre », a-t-il déclaré. Les responsables d’étudiants rencontrent le Vice-premier ministre ce jour. « Nous verrons ce qui sera décidé. En tout cas, le mouvement se poursuit », a-t-il déclaré.

 Hospice Alladayè