Spread the love

justice Le verdict de l’examen du 18e dossier soumis à l’appréciation de la Cour d’Assises de la Cour d’appel de Cotonou était peut-on dire à la mesure du forfait commis par le principal accusé, qui devrait répondre devant elle, hier lundi 17 Août. Six (06) ans de réclusion criminelle, pour le sieur Bernard Ahoussinou. La composition qui a connu ce dossier était présidée par Celestine Bakpé, avec comme accesseurs Martial Georges, Alain Boko et Florent Akounna. Hounsa Joseph Azankpo, François Koundé, Lambert Aguessy et Luc-Martin Hounkanrin sont les jurés.

C’est à l’issue d’un procès tenue à huit-clos, compte tenu de la sensibilité de l’affaire, que le sieur Bernard Ahoussinou a été condamné à six ans de réclusion criminelle pour viol sur une mineure de sept (07) ans à Akassato dans la commune d’Abomey Calavi par la Cour présidée par Célestine Bakpé.

Les faits remontent au samedi 10 novembre 2007. La petite C.A., âgée de sept (07) ans, est venue dans le parc de regroupement de la société EDIL-GROUP, situé à Akassato, pour y passer le week-end auprès de son père Léon Agbétou. Profitant de l’absence de ce dernier, Bernard invite la fillette à le suivre. Celle-ci, affolée, prend la fuite, mais pourchassée, elle a été rattrapée aussitôt par son poursuivant. Sans désemparer, Bernard l’a traînée par terre malgré ses cris, et a déchiré son caleçon avant de lui imposer des rapports sexuels. Il en est résulté pour la victime, une déchirure vaginale ainsi que l’attestent les observations consignées au carnet de soins par la sage-femme diplômée d’Etat en service au Centre de santé d’Abomey-Calavi, le 10 novembre 2007. Le casier judiciaire de l’accusé ne porte mention d’aucune condamnation antérieure. Le rapport de l’examen psychologique et psychiatrique conclut que l’accusé Bernard ne présentait aucun trouble mental grave au moment des faits.

L’accusé a plaidé coupable. Son avocat Me Luc Martin Hounkarin, après que l’avocat général Gilles Modeste Sodonon, a requis 10 ans de réclusion criminelle, a sollicité la clémence de la Cour, faisant une analyse sociale des faits, et mettant en avant entre autres le faible niveau d’éducation de l’accusé. C’est de là, que la Cour l’a condamné à six ans de réclusion criminelle. De ce fait, l’accusé, qui avait passé un peu plus de trois ans en détention avant de bénéficier d’une mise en liberté provisoire, retourne en prison pour un peu plus de deux ans encore. Pour rappel, Me Prosper Bienvenu Djossou, greffier d’audience, a transcrit les débats.

Léonce ADJEVI