Spread the love
SEFOU-FAGBOH
Séfou Fagbohoun courtisé par les présidenciables

 Le Fondateur du Mouvement africain pour le développement et le progrès (Madep), Séfou Fagbohoun reçoit dans son palais à Adja-Ouèrè les candidats à la présidentielle de 2016. Après Patrice Talon, lundi dernier, c’est Sébastien G. Ajavon qui est allé lui rendre visite le mercredi 21 octobre 2015. Qu’est-ce qui peut justifier cet intérêt soudain des présidentiables pour l’ancien patron de la société Iber ?

La résidence du Fondateur du Mouvement africain pour la démocratie et le progrès (Madep), Séfou Fagbohoun, est depuis quelques semaines, le point de convergence de certains candidats à la présidentielle de 2016. La ruée vers Adja-Ouèrè, son palais résidentiel, doit avoir des explications. Séfou Fagbohoun est un homme politique. Il a été député à l’Assemblée nationale. Sa magnanimité et son sens de partage l’ont conduit à positionner des cadres sur la liste de l’Union fait la Nation à l’occasion des dernières consultations électorales comptant pour les législatives. Dans la 21ème circonscription électorale qui constitue son bastion traditionnel, il a fait positionner en tête de liste l’ancien président de l’Assemblée nationale, Antoine Kolawolé Idji. Se refusant de conduire la liste Un dans la 22ème circonscription électorale, comprenant Kétou et Pobè, Séfou Fagbohoun a préféré la deuxième place. Donnant du coup la chance à un autre candidat de se faire élire. Depuis ces moments historiques, les forces politiques de l’Ouémé et du Plateau, y compris le Parti du renouveau démocratique, et son président Adrien Houngbédji, considèrent Fagbohoun comme une force incontournable dans la région de l’Ouémé et du Plateau. Dès lors, les candidats à la présidentielle tenant compte de cette réalité, trouvent certainement en l’homme un faiseur de roi. Dans tous les cas, sur la base de la présomption, les candidats estimeraient qu’il faut l’avoir avec soi que de l’avoir contre soi. Ce qui demeure une constante, c’est que Séfou Fagbohoun préside aux destinées de son Parti, le Madep. De même, il influence par ses actes et même par son silence les décisions au sein de l’Union fait la nation. Il avait été dit, au lendemain des législatives, qu’aucune décision importante au plan politique ne peut se prendre, pour le compte de l’Ouémé et du Plateau, sans son avis et sans l’associer intimement. C’est dire donc que la grandeur d’esprit de cet homme, lui vaut désormais l’estime et l’admiration des hommes politiques, en général, et des présidentiables en particulier. Demain à qui le tour de se rendre au palais de Séfou Fagbohoun ?

 Jean-Claude Kouagou