Spread the love

AJAVON-SEBASTLa date du 28 février 2016 approche à grands pas. Les lignes bougent à chaque instant dans le rang des candidats à l’élection présidentielle au Bénin. Le régime en place tient à garder le pouvoir et se prête à tous les jeux pour contrer la classe politique nationale, surtout l’opposition, dans son ensemble. Aux dernières nouvelles, on soupçonne un rapprochement entre Sébastien Ajavon, l’opérateur économique et Yayi Boni dont le but est de favoriser le candidat, Lionel Zinsou.

Lionel Zinsou, surnommé « Zinli » par les Béninois, pourrait bénéficier du soutien de Sébastien Ajavon, appelé « vendeur de poulets congelés ». D’après nos informations, tout va se jouer avant le premier tour de l’élection présidentielle prochaine. Trois indices laissent entrevoir le complot. D’abord, Sébastien Ajavon, depuis environ trois mois que la presse l’annonce candidat, ne s’est pas encore prononcé officiellement pour confirmer sa candidature. Il n’a dit nulle part (en tout cas, pas publiquement) qu’il veut devenir président de la République. Il n’a fait aucune déclaration publique pour dire au moins, son rêve pour le Bénin. Nulle  part. Donc, on a lu une ligne de son ambition pour les Béninois, et il ne s’est pas encore permis d’animer un meeting politique comme ce fut le cas chez d’autres candidats. De toutes les façons, personne ne sait encore ce qui l’a poussé à vouloir tenter sa chance à cette élection, pourtant de grande envergure, réservée à des personnes prêtes à se sacrifier pour le Bénin.

Ensuite, Sébastien Ajavon, bénéficie discrètement du soutien du régime en place. En dehors du paiement annoncé de fortes sommes que l’Etat béninois lui doit (alors que pendant longtemps, le chef de l’Etat n’avait jamais voulu les lui rembourser), il y a aussi des faveurs administratives suspectes observées quant à ses affaires. D’après nos informations, Sébastien Ajavon, patron de Cajaf Comon, une entreprise fermée, il y a quelques années pour, a-t-on dit, harcèlement fiscal, bénéficierait d’une réduction d’environ 30% sur certains frais à payer pour des formalités d’enlèvement de marchandises au port de Cotonou. On apprend qu’il est pratiquement le seul importateur à avoir cette faveur de l’Etat dans son domaine d’activités. Nos sources indiquent que cette faveur a été décidée, il y a quelques mois seulement. L’argument avancé, d’après nos informateurs est qu’il aurait été reconnu comme étant un gros importateur dans son domaine et c’est cela qui lui a valu cette réduction. «  C’est une décision applicable à toute entreprise ayant rempli la condition », nous éclaire la source qui explique que rares sont les entreprises en mesures d’atteindre les performances fixées pour bénéficier de cette réduction. Ce qui signifie que cette marge offerte est pour la société de Ajavon seule.

Le troisième et dernier indice a rapport avec les déclarations de soutien. Parmi les partis, mouvements et personnalités qui ont déclaré leurs soutiens (parfois à polémique) à la prétendue candidature de Sébastien Ajavon, il y a un qui a retenu l’attention de plus d’un. Le député Venance Gnigla a aussi déclaré son soutien à Sébastien Ajavon. C’est vrai que des rumeurs font état de ce que l’argent coule à flot à Djeffa. Mais, pour ce cas précis, mettons de côté l’aspect financier. Venance Gnigla est l’une des personnalités d’une firme étrangère ayant sa filiale au Bénin. Tout le monde sait qu’il est très proche du groupe  Bolloré, une entreprise française. C’est peut-être trop banal, mais il est difficile de comprendre qu’un responsable du groupe Bolloré puisse travailler contre la candidature d’un Français à la présidentielle de 2016. Lionel Zinsou est un franco-béninois. Il n’a pratiquement rien de béninois à part sa nationalité et une fondation implantée au Bénin, il y a quelques années seulement. Sa candidature est soutenue par la France qu’il avait toujours soutenue. Et si Bolloré est assis au Bénin, c’est à cause du soutien de la France, un pays qui a toujours soutenu les entreprises de ses citoyens à l’Etranger. Venance Gnigla, aux côtés de Sabastien Ajavon, c’est une partie de Bolloré et de la France qui est là. Cela ne veut pas dire que le « vendeur de poulets congelés » a retenu l’attention de la France. C’est juste un jeu du régime en place pour favoriser très prochainement Lionel Zinsou.

F.F