Spread the love

metonouLe nouveau procureur de la République près le Tribunal de première instance de Cotonou, Mario Mètonou, a effectué sa première réunion de commandement avec les Officiers de police judiciaire ( Opj) de son aire de compétence. C’était le vendredi 9 novembre 2018 au Tpi de Cotonou.  

Ils sont les bras exécutifs du parquet et ils se doivent d’être mis au parfum des grandes priorités du nouveau chef de l’enquête judiciaire. C’est le substrat de la première rencontre du procureur de la République avec les Officiers de police judiciaire (Opj) de son aire de compétence. D’entrée, Mario Mètonou a balisé le terrain en affirmant que l’organisation du travail au niveau du parquet de Cotonou doit répondre à la triptyque célérité, efficacité et transparence. Par rapport à la célérité, il a laissé  entendre qu’il attachera  davantage du prix au respect des  délais  de procédure en l’occurrence la garde à vue. Il a également soutenu que des déferrements peuvent  être faits en dehors des jours habituels en cas d’urgence exceptionnelle. Pour ce qui est de l’efficacité, il a déclaré qu’il sera reconduit le système de zonage. Cela consistera à diviser l’aire de compétence en zones, dirigées par des substituts. L’avantage de ce zonage, rappelle-t-il, est de permettre aux Opj en fonction dans une  zone déterminée  d’avoir un substitut  interlocuteurs qui organisent directement le travail avec lui. Cela permettra, affirme-t-il, l’organisation pratique  du travail  et d’éviter les  risques de perte de temps. Cette efficacité recherchée permettra selon ses dires, la transparence, car elle évitera au parquet d’être surpris par les procédures et de les conduire  diligemment en amont avec les unités en question. « Nous serons davantage efficaces si nous avions été associés à l’enquête à la base », a-t-il déclaré. Le Procureur de la République a également déclaré qu’en raison du démarrage courant décembre des sessions du tribunal statuant en matière criminelle, que les Opj seront désormais conviés à inclure dans le cadre de la procédure, les enquêtes de moralité et l’expertise psychologique. « Cela permettra d’éviter que  les enquêtes de moralité soient conduites un ou deux ans après la survenue des faits », a-t-il laissé entendre. Mario Mètonou n’a pas manqué de rappeler les deux périodes sensibles que sont les fêtes de fin d’année et les élections prévues pour l’année prochaine. Il s’est réjoui également des performances des Opj cette année. « Du 1er janvier au 30 septembre, le Parquet a enregistré 11.024 procès-verbaux. C’est un travail intéressant qui a été accompli », a-t-il encouragé.

 La traque aux auteurs d’ordures

 Au cours de la rencontre, le Procureur de la République a instruit les Opj à procéder dès ce jour à l’interpellation systématique des citoyens qui déposent des ordures au niveau des artères publics. Il s’agit d’un comportement qui selon l’autorité, mérite d’être sanctionné avec la dernière rigueur. « Nous n’allons pas continuer par tolérer ces actes qui ternissent l’image de la ville. Tous ceux que vous allez surprendre en train de déverser des ordures sur la voie publique, vous les arrêtez systématiquement. On les poursuivra devant le Tribunal », a-t-il déclaré. A cette occasion, le barreau a donné une communication sur le thème :  » L’avocat dans l’enquête de Police ».

 Hospice Alladayè