Spread the love

cbdh1A peine installés, les membres de la Commission béninoise des droits de l’homme sont déjà à l’œuvre. Ils ont tenu hier lundi 18 févier 2019, leur première session ordinaire. C’est en présence du Garde des sceaux, ministre de la Justice, Séverin Maxime Quenum.

Ils démarrent un peu comme sur les chapeaux de roue. Les membres de la Cbdh s’activent pour asseoir le cadre institutionnel qui leur permettra d’aller assez vite dans le processus. L’ordre du jour de la session d’hier a été marqué par huit points tout aussi essentiels. Il s’agit du renforcement de capacités des commissaires, de la mise en place des organes spécialisés et consultatifs de la Commission, de l’étude et l’adoption des rapports sur les plaintes reçues par les services transitoires, l’adoption des différents projets de résolution et l’adoption du budget au titre de l’exercice en cours. Au cours de son intervention, le Président en exercice de la commission, Isidore Clément Capo-Chichi, a rappelé le contexte de la création de  la Commission ainsi que ses missions. Il a profité pour réaffirmer l’engagement de tous les membres à remplir pleinement avec loyauté et probité, les missions assignées à la Commission.  Au cours de son intervention,  le Garde des sceaux, ministre de la Justice, Séverin Quenum, a déclaré que la justiciabilité des droits de l’homme et leur jouissance effective est le ressort essentiel de la mission de la Cbdh. Après avoir rappelé leur rôle dans la mise en œuvre concrète des instruments internationaux signés ou ratifiés par le Bénin, il a réaffirmé la disponibilité et l’engagement du gouvernement à accompagner la commission. « Je voudrais vous donner à nouveau l’assurance que le gouvernement veillera à vous donner les moyens de votre action pour le succès de votre mission », a-t-il laissé entendre. A tour de rôle, le Représentant-résident du Pnud, Adama Bocar Soko, celle de l’Oif et du Haut-commissariat des droits de l’homme ont salué la volonté politique qui a conduit à la mise en place de la commission. Ils ont réaffirmé l’engagement de la communauté internationale à accompagner le Bénin dans son processus d’accréditation pour une mise en œuvre assez diligente des mécanismes des droits de l’homme.

 HA