Spread the love

ignameLa commémoration de la fête identitaire des ressortissants de la Commune de Savalou aura-t-elle lieu le 15 août prochain comme à l’accoutumée ? C’est la question fondamentale qui taraude les esprits des citoyens du milieu. A quelques heures de l’édition 2015, on ne sent pas la ferveur dans la ville. Pas d’animation particulière ! Pas un signe distinctif pouvant renseigner un étranger quant à la tenue effective de la fête de l’igname ! De la place de l’indépendance au palais royal en passant par la place Soha, l’environnement n’a pas changé. Rien ne présage de la tenue ou non de la 15 août à Savalou. Même constat sur l’espace réservé à la foire commerciale du 15 août. Vincent Gbaguidi, natif du milieu attribue ce constat au décès du roi Tossoh. Selon lui, la disparition prématurée de ce souverain, initiateur de cette fête, doit forcément porter un coup à cette festivité. Car, à l’en croire, le nouveau roi récemment intronisé ne dispose pas encore de moyens pouvant lui permettre d’assurer sans failles la relève et la continuité des œuvres de Dada Tossoh Gbaguidi XIII. «La fête de l’igname, édition 2015 aura bel et bien lieu mais, à mon avis, elle n’aura pas son éclat d’antan», renseigne Vincent Gbaguidi. Antoine Gbaguidi, conducteur de taxi-moto, justifie ce manque d’engouement à cette fête par la conjoncture économique qui secoue l’ensemble du pays. Cependant, il rassure que l’évènement se tiendra. « Quel que soit la mine du cabri, la cérémonie aura lieu », confirme-t-il l’air rassurant. Il ajoute que les premières ignames, éléments essentiels des réjouissances populaires dans les Collines en général et à Savalou en particulier, sont déjà disponibles sur le marché. De sources proches du palais royal, cette assurance est également donnée. «Le roi, sa majesté Dada Gandjègni Ahoyo Gbaguidi XIV a inscrit ses actions dans la continuité. Pas conséquent, il va offrir à ses sujets, au peuple béninois et aux étrangers qui vont venir, une très belle fête parce que, sans cette célébration, personne ne sera autorisée à consommer les nouvelles ignames dans le royaume», précise un dignitaire du palais. Les hôtes de Savalou vont alors déguster avec sa majesté les plats d’igname pilée accompagnée de la sauce d’arachide agrémentée par le ‘’Tchiayo’’. Au cours de ce déjeuné, ils apprécieront l’art culinaire des Collines.

 Retour sur l’origine de la fête de l’igname

 La fête des ressortissants de la Commune de Savalou, communément appelée 15 août, est instituée en 1954 pour célébrer les retrouvailles avec la diaspora qui profite de cette occasion pour se ressourcer. Dah Kanmavo Mitokpè se souvient qu’à cette époque, l’organisation n’était pas bien structurée. Il précise que la 15 août est entrée dans les mœurs sous le règne du roi, sa Majesté Dada Tossoh Gbaguidi XIII qui, grâce à sa détermination, a su imprimer à cette journée de rencontre et d’échange toute son essence. Depuis 2008, la fête de l’igname a alors connu quelques bouleversements quant à la date de sa célébration. De 15 août, elle est ramenée au 14 du même mois pour éviter le chevauchement observé dans la commémoration de l’Assomption ou la montée de la Vierge Marie et les divinités. Pour Dah Kanmavo Mitokpè, cette décision prise par le roi Tossoh s’inscrit dans le cadre de la cohabitation pacifique entre les religions et vise à respecter les principes de chacun dans la diversité culturelle.

 Zéphirin Toasségnitché

(Br Zou-Collines)