Spread the love
NATHANAEL-AVEC-LE-MJA
Nathanael Vigan élargit le Mja

Le Mouvement des jeunes actifs (Mja) est définitivement engagé pour la résolution des problèmes de la couche juvénile. Il l’a fait savoir, hier, mardi 13 octobre 2015, lors de la séance de travail qu’il a eu avec d’autres organisations de jeunes. La rencontre qui a eu pour cadre le siège de ce Mouvement, sis à Sènadé, a permis à Nathanael Vigan Dona d’agrandir le cercle des adhérents du Mja.

Le Mouvement des jeunes actifs (Mja) est décidé à mettre fin à l’instrumentalisation dont la frange de la population qui a moins de 40 ans fait l’objet de la part des acteurs politiques. C’est dans cette dynamique qu’elle a initié la séance d’échanges d’hier avec des responsables de mouvements de jeunes d’Akpakpa, Cadjèhoun, Gbégamey, Jonquet, Sainte-Rita, Gbèdjromèdé, Avotrou et autres. A en croire le président Nathanael Vigan Dona, cette rencontre vise à étudier les conditions d’implantation des cellules de base de cette organisation. Une fois cela fait, ces cellules seront un peu comme des ambassadeurs qui permettront de rendre visibles les actions du Mja. Un mouvement dont l’idéal est la préservation des intérêts de la jeunesse. « Actuellement, le Mouvement des jeunes actifs recense les problèmes de la jeunesse. Une fois cette étape terminée, nous allons poser ces problèmes aux différents candidats à la Magistrature suprême pour qu’ils les prennent en compte dans leurs programmes de société », a indiqué Nathanael Vigan Dona. Seulement, dans la mêlée des présidentiables, le Mja n’a pas encore identifié celui qui est à même de défendre ses idéaux lors des joutes électorales à venir. « Tout candidat qui, de façon sincère, nous convainc par rapport à sa capacité à résoudre les problèmes de la jeunesse est un bon profil. C’est après avoir discuté avec eux que nous pourrons situer l’opinion publique par rapport au choix du Mja », a-t-il précisé. Profitant de cette opportunité, il a lancé un vibrant appel à ceux qui hésitent encore à faire l’option Mja. Pour y adhérer, il faut être un jeune actif et qui a à cœur l’intérêt général.

 Joël Bossou