Spread the love
Gildas-Sehlin
Gildas Sèhlin, président national de la Jci-Bénin

L’émission « Cartes sur table » de Océan  Fm a reçu dimanche 27 mai 2018, le président national de la Jeune chambre internationale (Jci) Bénin, le sénateur Gildas Odilon Sèhlin. Il a dévoilé le plan d’actions de la Jci-Bénin 2018 et donné son avis sur les deux ans de gestion du président Patrice Talon.

Investi en octobre 2017, le Président Gildas Odilon Sèhlin a pris fonction le 1er janvier dernier, à la tête de la Jeune Chambre International Bénin. A l’en croire, la Jci-Bénin, est une organisation non gouvernementale apolitique, laïque et à but non lucratif.  Elle a vu le jour au Bénin en 1989 avec le sénateur Emmanuel Guidibi. Elle prône plusieurs valeurs dont la foi en Dieu, la justice sous toutes ses formes, la valeur de la personne humaine, le service à l’humanité et la liberté d’entreprendre, que cela soit au niveau des individus que des entreprises. En ce qui concerne le plan d’actions de la Jci-Bénin pour le compte de cette année, il a d’abord fait savoir que son mandat a été placé sous le thème  « Illuminons notre communauté ». A l’en croire, cela repose sur trois niveaux d’intervention avec 9 pôles majeurs suivant les 5 axes stratégiques de la Jeune chambre internationale. « Par ce thème, chaque membre est appelé à être lumière dans sa communauté. Et pour atteindre cet objectif, au-delà de l’accompagnement que nous apportons aux organisations locales, plusieurs projets ont été initiés », a-t-il déclaré. Au nombre des projets, il a mis l’accent sur ceux régionaux qui sont axés sur la sécurité routière menés avec le Centre national de sécurité routière (Cnsr) à travers des campagnes de sensibilisation au niveau de certaines populations cibles, pour réduire les taux d’accident, la dotation en casques de certaines couches de la population et l’installation des miradors et des podiums pour la régulation de la circulation par les forces de sécurité publique. Il y a également le projet « Best business plan 2018 (Bbp) », un concours du « Meilleur plan d’affaires ». Il a vu le jour en 2017. Il vise à identifier deux jeunes qui ont un bon plan d’actions et qui veulent se mettre à leur propres comptes. A son avis, au terme du processus et avec les structures partenaires, il s’agira d’installer ces micros entrepreneurs. « Au-delà de ces projets, plusieurs autres actions sont menées pour accompagner l’emploi au niveau de la jeunesse », a-t-il ajouté.

 La Jci n’est pas une secte

 Le président Gildas Sèhlin n’est pas d’avis avec les rumeurs qui font croire que la Jeune chambre internationale (Jci) est une organisation sectaire. Il a fait savoir que c’est une organisation qui répond à un certain nombre de règles, mais cela ne veut pas dire que c’est un mouvement sectaire. C’est une organisation qui a une école de protocole qui enseigne la  maîtrise de cérémonie. « Je voudrais dire aujourd’hui, que la Jeune chambre internationale n’est pas une secte. C’est une organisation laïque et nous acceptons toutes les obédiences religieuses. C’est vrai, nous avons notre credo qui est une profession de foi que nous récitons au début de chaque activité et des règles bien définies, mais cela n’a rien à avoir avec une religion ou une secte », a-t-il martelé.

 Le bilan du chef de l’Etat

 Le bilan des deux ans du président Patrice Talon était également au cœur des échanges. Gildas Sèhlin est satisfait de ce qui a été fait jusque-là. Pour preuve, dans le domaine social, il a déclaré que beaucoup de choses ont été faites.  « Vous avez une restructuration de la méthodologie pour apporter de l’eau à la population. Au niveau de la Jci, nous sommes dedans notamment au niveau de l’objectif de développement durable n°6 apporter de l’eau potable et l’assainissement aux populations », a-t-il conclu.

 Léonce Adjévi