Spread the love
campus-abiola
Abiola dans le dilemme

Pour l’élection présidentielle de février 2016 au Bénin, les départements de l’Ouémé et du plateau disent « non » à la dictature de Yayi Boni à travers le choix de Lionel Zinsou, premier ministre béninois pour défendre les couleurs des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). Jeunes et femmes ont donné de la voix le week-end écoulé pour exiger le respect des textes. François Abiola, vice-premier béninois et leader politique de la localité est invité à se référer à sa base pour savoir la conduite à tenir.

François Abiola n’a pas besoin de réfléchir deux fois avant de faire une option. Il n’a qu’à simplement écouter les jeunes et femmes de son fief électoral en restaurant son image de marque. Le ministre Abiola doit répondre à l’appel de sa famille politique. Nul ne sait ce que le futur réserve. Peut-être que c’est son heure qui a sonné. Mais, son hésitation et son souci de la préservation de l’intérêt personnel vont lui faire rater une bonne occasion. Il suffit pour lui de se rappeler qu’il est un homme politique que Yayi a gardé à ses côtés à cause de sa maîtrise des localités du Plateau. A vraie dire, il n’a pas été nul aux côtés du Chef de l’Etat. Il a soutenu Yayi Boni techniquement et politiquement. Sans François Abiola, peut-être que les départements de l’Ouémé et du plateau ne connaîtraient plus les couleurs du cauris. Il a réussi à rallier beaucoup d’acteurs politiques à la cause de la mouvance. François Abiola est un Professeur d’université qui a aidé le chef de l’Etat à maîtriser le secteur de l’enseignement supérieur depuis qu’il est nommé Ministre. Il a parfait la carte universitaire du Bénin et a toujours bien su gérer les différentes crises du monde universitaire.  François Abiola est un bon cadre du Bénin et qui mérite d’être porté par la famille politique de la mouvance présidentielle. Il peut ne pas être élu, mais c’est un homme politique qui fait l’unanimité au sein de sa famille politique. François Abiola peut valablement tenter de remplacer Yayi Boni. Il n’est pas un arriviste. C’est un homme d’expériences que les Béninois respectent et qui peut lever son doigt pour défendre les couleurs de la famille cauris. Il a servi Yayi et c’est le moment pour lui de prendre son destin en main.
Un homme demeure garçon et rien ne doit faire peur à François Abiola qui, par le passé, a pu affronter des baobabs comme Séfou Fagbohoun, doit avoir le courage de prendre la meilleure décision. Il est un candidat légitime à la candidature unique des Fcbe à la présidentielle et rien ne doit l’arrêter. Il a déjà jeté les bases et son recule risque de lui être politiquement fatal. François Abiola est aimé dans sa localité et l’absence d’un candidat du Parti du Renouveau Démocratique (Prd) est une opportunité pour lui de sauver l’honneur de sa base.
Le ministre Abiola ne doit pas s’assimiler aux jeunes peureux qui ont remis à plus tard leurs ambitions. 2016 est déterminant et nul ne doit jouer avec son avenir politique. Lionel Zinsou ne vient pas à la cheville de François Abiola en politique. Et donc, sa candidature ne doit pas l’empêcher de tenter sa chance pour se faire respecter.
F.F