Spread the love
 albert-t« Que la Cour constitutionnelle éclaire la nation en prescrivant aux hommes de l’Economie la juste orientation de leur implication dans la gestion  des affaires du pays les conduisant à se situer dans l’honorable refus de la perfide confusion des rôles et des intérêts ». En un mot comme en mille et quelque soit les circonvolutions,  monsieur Albert Tévoédjrè (photo), à travers cette partie de son texte de soutien à la candidature de monsieur Koupaki, s’en prend  là à la candidature des d’operateurs économiques et souhaite que la Cour constitutionnelle les empêche. Celui qui avait annoncé se consacrer désormais  à Dieu et qui se fait appeler frère Melchior sait certainement que Dieu est exigence de vérité et d’honnêteté. Et la vérité, c’est que ce n’est pas pour la première fois que des operateurs économiques sont dans la course de la Présidentielle au Bénin. Les présidents Issa Saley, Sévérin Adjovi, Gatien Houngbédji et autres ont tenté de briguer la magistrature suprême. D’où vient brusquement monsieur Tévoédjrè qui s’emploie tant et appelle la Cour constitutionnelle à éclairer et prescrire des règles qui existent déjà dans la Constitution et n’interdisent  pas aux opérateurs économiques qui en remplissent les conditions d’être candidat ?
Et c’est là que survient une considération d’honnêteté dans l’action politique que doit s’imposer  un homme de Dieu. Est-ce bien honnête et responsable de vouloir faire place nette à un poulain que frère Melchior demande à l’ arbitre de tordre le coup aux règles de jeu  par des cartons rouges  avant  même que le match ne débute ? Si avant lui, un  enseignant à l’université s’est risqué sur  cette pente périlleuse, il avait au moins le mérite de ne pas être en train de vouloir fourguer ou vendre un candidat connu. Il  plaidait juste de façon objective et non subjective pour que les Béninois élisent un politicien à la Marina.
Mais pour le cas précis du professeur Tévoédjrè alias frère Melchior, est-ce qu’il était  vraiment décent qu’en voulant clamer et proclamer son soutien au candidat Koupaki, il s’aventure sur ce chemin de stigmatisation gratuite d’autres candidatures avec cet appel dangereux à la Cour constitutionnelle ?
AT