Spread the love
GATIEN-HOUNGBEDJI
Gatien Houngbédji, candidat pour un Bénin solidaire

La présidentielle 2016 entre dans sa phase active avec notamment le dépôt des dossiers de candidatures pour la semaine. Face à cette imminence, ceux qui ambitionnent succéder au président Yayi Boni commencent par lever leurs petits doigts. C’est le cas de Gatien Houngbédji. Hier dimanche 03 janvier 2016, il a officiellement annoncé sa candidature.

Gatien Houngbédji est bel et bien candidat ! Le Haut commissaire à la solidarité nationale a dévoilé, hier, dans la salle rouge du Palais des congrès ses ambitions de devenir le quatrième président de l’ère du Renouveau démocratique. Face à un public jeune venu massivement à cette randonnée politique, Gatien Houngbédji a donné en détails les raisons de sa candidature. « Je suis candidat parce qu’en 32 ans passés au Bénin, j’ai vu des femmes mourir en couche faute de maternité. J’ai vu les enfants malades de faim. J’ai vu l’orphelin stigmatisé. J’ai vu, impuissant, l’injustice, de jour en jour, s’ériger en règle de générale. J’ai vu la veuve humiliée par la raison des plus forts », ainsi se confiait le président du Parti Union démocratique pour le développement économique et social (Udes). Et pour avoir l’adhésion de la couche juvénile à son ambition de briguer la Magistrature suprême lors des joutes électorales à venir, il a interrogé ses vis-à-vis comme l’avait fait l’ancien président Mathieu Kérékou dont il a servi, de façon désintéressée, le régime. « Si vous êtes prêts, moi aussi je suis prêt », a-t-il lancé. Au sein de la foule, la réponse a été immédiate : « Oui, nous sommes prêts ». Et dans cette veine, cet ancien président de la Chambre du commerce et d’industries du Bénin qui, à trois reprises, a participé à un scrutin présidentiel a fait savoir que ce sera sous la bannière de  l’Alliance Union démocratique pour le développement économique et social (Udes)-Solidarité qu’il compte aller au charbon. Il a, pour finir, invité les uns et les autres à aller annoncer la bonne nouvelle dans tout le pays.
Joël Samson Bossou