Spread the love

unionfaitlanationLes forces vives de l’Union fait la Nation ont tenu un conclave ce dimanche 18 octobre au palais des congrès de Cotonou. Une assise qui a eu pour objectif de mettre tous les membres de ce regroupement de partis politiques au même niveau d’information dans le cadre des préparatifs des prochaines élections présidentielles de février 2016. Désignation du candidat, stratégie à mettre en place pour gagner les élections. Ainsi se présentent les principaux sujets qui étaient au cœur des discussions.

« L’union fait la nation est la première force de l’opposition et la 2ème force du pays après les Fcbe ». Ainsi se prononçait le député Idji Kolawolé en se référant aux résultats des élections législatives, communales et locales de 2015. Les concertations de ce dimanche ont permis aux ténors de l’Un d’exposer à leurs militants les conclusions provisoires du bureau politique. Pour l’instant, les béninois doivent patienter encore quelques jours voire des semaines avant de connaître l’oiseau rare qui devra porter le flambeau de l’Union fait la Nation. Le candidat du regroupement sera-t-il le fruit d’un consensus ou des primaires ? La question à ce niveau reste posée n’ayant pas été abordée de façon claire par les congressistes. Les candidatures sont ouvertes à tous les partis membres. Le militantisme avéré, la performance politique, tout candidat qui aspire représenter le groupe est tenu de suivre le mot d’ordre final, le dépôt d’une caution de 5 millions non remboursable sont entres autres les critères retenus par le bureau politique. Une lettre sera adressée les jours à venir aux partis de l’Union pour les propositions des candidats. A en croire le président de l’Union Bruno Amoussou, l’une des stratégies retenue pour une victoire certaine est d’aller au contact des autres forces politiques. « Pour gagner les élections, il faut adopter les stratégies appropriées. Dans ces stratégies, nous avions retenu de parler avec toutes les autres forces politiques et même toutes les personnalités qui se présentent aux élections ou qui ne se présentent pas mais qui représentent une faction de l’opinion nationale afin que le candidat, que nous allons choisir puisse bénéficier d’un large soutien de la population » a déclaré le renard de Djakotomey lors d’un point de presse à la fin des travaux. Nous considérons que cette confiance que le peuple béninois nous fait, nous impose une démarche prudente, raisonnée et qui conduit à la victoire a-t-il poursuivi. Au sujet des probables candidats de l’Un qui parcourent le pays en développant leurs visions pour le Bénin, Bruno Amoussou estime que c’est un mode de fonctionnement qui a été retenu à l’interne et que ces derniers n’enfreignent pas aux règles du groupe en procédant de la sorte. Etaient présents à ce conclave, Emmanuel Golou, Eric Houndété, Lazare Sèhouéto pour ne citer que ceux là.

Marcus Koudjenoumè

Déclaration finale du président Bruno Amoussou après les travaux du congrès lors d’un point de presse

Nous venons d’achever une rencontre avec les responsables de terrain de l’Union fait la Nation. Il s’agit en réalité d’une phase dans le déroulement du processus que le bureau politique a arrêté dans le cadre des élections présidentielles. Nous les avons invités pour partager avec eux les conclusions provisoires auxquelles nous sommes parvenus. Il était question de leur exposer ce qui a été fait par le bureau politique, de recueillir leurs points de vue, leurs observations, et je suis heureux de constater que les objectifs ont été largement atteints au niveau de cette rencontre. L’important a été que les militants de terrains ont confirmé par leurs témoignages, les orientations, l’intérêt que les populations portent à l’Union. Cela se traduit en particulier par le fait que tout le monde est impatient de connaitre le nom du candidat de l’union. C’est vraiment quelque chose d’extraordinaire, de flatteur et d’intéressant mais nous considérons que cette confiance que le peuple béninois nous fait nous impose une démarche prudente, raisonnée, une démarche qui conduit à la victoire parce qu’il ne s’agit pas seulement pour nous de participer seulement aux élections. Il s’agit pour nous de gagner les élections. Et pour gagner les élections, il faut adopter les stratégies appropriées et développer les tactiques qu’il faut et dans cette stratégie, nous avions retenu depuis fort longtemps de parler avec toutes les autres forces politiques et même toutes les personnalités qui se présentent aux élections ou qui ne se présentent pas mais qui représentent une faction de l’opinion nationale afin que le candidat, que nous allons choisir puisse bénéficier d’un large soutien de la population. C’est une exigence face au travail qui sera fait après les élections. Il ne s’agit pas de gagner seulement les élections mais, il s’agit de transformer profondément la situation parce que l’engouement actuel traduit le fait que les populations ne veulent plus vivre ce qu’elles ont vécu ces dix dernières années où l’édifice qui a été péniblement élaboré, construit à la conférence nationale en 1990 que cet édifice a été violemment secoué par toutes sortes de séismes qui ont atteint les fondations. Après les élections de février 2016, il faudra reconstruire le pays et pour ça, il faut de la méthode, de l’organisation, il faut une large contribution des populations et il faut un grand rassemblement des forces politiques, c’est en cela que nous consacrons notre temps depuis quelques temps déjà et je suis heureux de constater que les militants qui sont venus aujourd’hui ont largement approuvé cette démarche et ont encouragé sa poursuite. L’impatience qu’il peut y avoir tient au fait que le temps s’égrène et qu’il ne faut pas trop trainer à régler certaines questions mais la ligne politique générale a été approuvée et reconnue. Donc je souhaite que dans les jours, semaines à venir, nous puisons faire progresser les idées essentielles qui sont les nôtres. Déjà, les candidats en interne parcourent les pays, développent leurs points de vue. C’est nous même qui leur avons recommandé de le faire parce que en agissant ainsi, Ils n’enfreignent en rien la discipline de notre organisation parce qu’on ne peut pas demander aux populations de se prononcer sur des gens qu’ils ne connaissent pas. Il ne suffit pas que l’Union sorte du chapeau le nom de quelqu’un que personne n’a jamais vu, qui n’a parlé à personne. Si l’on fait comme ça, l’échec sera assuré. Donc, nous avions demandé depuis longtemps à tout les candidats potentiels en interne comme en externe de se déployer sur le terrain, d’échanger avec les populations, de développer leurs idées qui pour ceux qui sont en interne à l’un sont les idées de l’Un naturellement. C’est ça qu’ils reprennent à leur compte. Donc nous avions fait le point de toutes ces démarches et nous voudrons recommander aux uns et aux autres d’abord pour les militants de poursuivre leur travail d’organisation sur le terrain, de renforcer l’organisation sur le terrain, ensuite pour les candidats potentiel de continuer à animer des réunions, a dialoguer avec le peuple, à parler avec la population. Et en direction du bureau politique de faire la synthèse de ce qui a été dit aujourd’hui, de faire la synthèse des différentes suggestions qui ont été formulées et de réajuster sa stratégie en fonction des orientations qui ont été souhaitées dont la discussion, l’échange avec les autres forces politiques pour parvenir à un grand rassemblement qui nous assure la victoire et qui rend possible les changements réels souhaité par la population. Voilà le travail que nous avions fait ce jour et je crois que tout les participants y compris moi même, nous avions été très satisfaits du déroulement des séances et j’espère bien que ce rassemblement va donner un coup de fouet à la précampagne qui se développe et va affirmer encore davantage dans l’opinion publique le rôle majeur que joue l’union fait la nation. Voilà ce que je tenais à partager avec vous, je vous remercie.